•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un contexte « délicat » pour cette fête du Canada

Les célébrations du 1er juillet 2020 seront inévitablement teintées par la pandémie et le mouvement Black Lives Matter, selon l’animateur Pierre-Yves Lord.

Des virus, des poings levés dans les airs et des feux d'artifice superposés sur une image du parlement d'Ottawa.

Légende

Photo : Radio-Canada

Alors que le déconfinement poursuit son cours et que l’ondoiement des vagues de protestation contre le racisme systémique est toujours bien senti, le Canada s’apprête à célébrer sa fête nationale comme jamais auparavant.

Pierre-Yves Lord se prépare à animer les célébrations virtuelles de la fête du Canada aux côtés de l’artiste ontarienne Serena Ryder. Pour lui, impossible de faire abstraction du contexte social et politique dans lequel s’inscrivent les festivités 2020.

On est dans un climat qui est délicat et, en tant que présentateurs, on ne peut pas garder la tête dans le sable, donc, il y a des choses qui devront être dites.

Pierre-Yves Lord, coanimateur de la fête du Canada
Serena Ryder et Pierre-Yves Lord sur scène

Serena Ryder et Pierre-Yves Lord animent les spectacles de la fête du Canada 2020.

Photo : Radio-Canada / Éric Myre

Après le confinement pandémique, puis les grandes conversations mondiales qui ont suivi le décès de George Floyd aux États-Unis, l’animateur croit que les Canadiens ont plus que jamais besoin de se rassembler et de mettre la diversité en valeur.

Pierre-Yves Lord s’attend néanmoins à ce que les messages et parfois même les émotions prennent le dessus durant le spectacle, autant dans les prestations des artistes que dans les commentaires qui pourraient pimenter l’animation.

On se dit que ça va bien aller, mais ce n’est pas vrai que ça va bien aller pour tout le monde, rappelle-t-il en faisant allusion aux défis économiques, sociaux et identitaires auxquels le monde est confronté en ce moment. On doit user de délicatesse, de sensibilité et être conscients qu’on est dans des temps qui ne sont pas évidents.

Le mercredi 1er juillet, le duo d’animateurs compte bien laisser toute la place aux artistes pour s’exprimer.

Après tout ce qu’on a traversé ensemble et en voyant ce qui s’en vient comme défis, est-ce qu’on peut prendre une petite pause et essayer de célébrer, puis mettre de l’avant ce qu’on a de plus beau?

Pierre-Yves Lord, coanimateur de la fête du Canada
Il est assis dans une cage de verre avec un grand sourire.

Pierre-Yves Lord

Photo : Radio-Canada

« Un tour du Canada en musique! »

Cette année, il n’y aura pas de scène érigée devant le parlement d’Ottawa. C’est depuis un studio virtuel que Pierre-Yves Lord et Serena Ryder tenteront de recréer une ambiance festive à l’aide de lumières, de projections et de réalité augmentée.

Certains artistes seront sur scène avec eux et d’autres offriront des prestations depuis leur coin de pays. Pierre-Yves Lord promet que le public pourra goûter à la diversité canadienne à travers l’art, les accents et les expressions des invités.

Il y a, dans l’art, l’ouverture et la découverte de l’autre, déclare celui qui sera à la barre des deux spectacles de la fête nationale canadienne.

À 13 h, La fête du Canada à travers le pays sera diffusée sur les ondes de Radio-Canada, de CBC et de la CPAC. La soirée spéciale La fête du Canada - Ensemble, débutera quant à elle sur le coup de 20 h et occupera les ondes de Radio-Canada et de la CBC.

Alanis Morissette, Alexandra Stréliski, Charlotte Cardin, Corneille, Damien Robitaille, Laurence Nerbonne, Loud, Natasha Kanapé Fontaine et Sarahmée sont notamment de la programmation.

Portrait de la chanteuse en chandail rouge

La chanteuse Patricia Cano

Photo : Patricia Cano

Également de la partie, Patricia Cano se dit honorée d’être l’une des voix choisies pour fêter son pays d’accueil, mais s’avoue surtout heureuse de retrouver ses musiciens pour chanter après le silence covidien.

Pour faire briller les langues autochtones, la chanteuse sudburoise d'origine péruvienne a choisi The Robins of Dawn, une des pièces de la comédie musicale que lui a écrite et composée l’artiste cri Tomson Highway, qu’elle interprétera en français, en anglais et en cri.

Les hôtes de ce pays, les Premières Nations, nous ont accueillis, nous les Canadiens et les immigrés, alors oui, on devrait mettre de l’avant les langues autres que l’anglais et le français, martèle l'auteure-compositrice-interprète.

Patricia Cano fait valoir que même si la fête du Canada souligne la formation du pays, elle souhaiterait que les festivités 2020 fassent abstraction des différences culturelles.

Le 1er juillet ne représente pas une célébration pour tous les Canadiens, alors pour moi, l’angle, c’est la célébration, point final. C’est la musique, se voir, se sentir ensemble et j’espère que ça peut créer un esprit de collectivité, parce qu’on en a besoin.

Patricia Cano, auteure-compositrice-interprète

Mercredi, grâce aux mots et à la musique de Tom Highway, l’artiste chantera donc joyeux anniversaire aux humains et aux animaux de la Terre, ce qui lui semble tout à fait à point en ce moment de tensions culturelles du monde entier et au pays.

Avec la collaboration de Kevin Sweet et Valérie Lessard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Multiculturalisme