•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

40 ménages à la recherche d’un toit à Sherbrooke

40 ménages sont toujours à la recherche d'un toit à Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

À la veille du 1er juillet, 40 ménages sont toujours à la recherche d'un toit à Sherbrooke. C'est deux fois plus qu'à l'habitude, selon l’Association des locataires de Sherbrooke.

C’est du jamais vu, dit d’emblée Normand Couture, porte-parole de l’Association. Ça fait 30 ans que je travaille ici. Mais cette année, je suis paniqué, poursuit-il.

L’un des facteurs qui pourraient expliquer cette situation est la COVID-19, estime Normand Couture. Pendant les mois de mars, avril et mai, les gens n’ont pas pu faire de recherche de logement. Ça enlève trois gros mois de recherche, explique-t-il.

Le taux d’inoccupation des logements, qui est de 2,3 % à Sherbrooke, alors que le taux d’équilibre se situe à 3 %, est une autre raison de cette crise du logement, car cela fait en sorte que les propriétaires sont plus sélectifs, précise-t-il.

Des personnes âgées sans logement

Les profils des personnes à la recherche d’un logement à Sherbrooke sont très divers, selon Normand Couture. Toutefois, cette année, des personnes âgées n’ont pas été capables de se reloger, regrette-t-il. On parle d’un couple qui a 80 ans, une personne âgée de 79 ans et une autre de 75 ans. Ça, c’est nouveau, souligne-t-il.

Habituellement, les propriétaires n’avaient pas de difficultés à louer à des personnes âgées. Ce sont des personnes qui paient et entretiennent leurs logements.

Normand Couture, porte-parole de l’Association des locataires de Sherbrooke

Les prix élevés des logements pour des personnes à revenus modestes sont une autre raison avancée par le porte-parole de l’Association des locataires de Sherbrooke pour expliquer qu’il y ait autant de personnes encore sans toit. Certaines personnes à revenus modestes peuvent consacrer jusqu’à 80% de leurs revenus pour se loger, fait-il savoir.

La ministre Laforest se veut rassurante

De son côté, la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, se veut rassurante. Selon elle, les mesures annoncées par Québec il y a quelques jours pourront aider des Québécois à payer leur loyer.

Les directeurs des offices d’habitation m’ont vraiment rassurée en me disant qu’ils allaient trouver des logements pour tout le monde. De plus, cette année au gouvernement, nous avons pris toutes les mesures [...] comme les programmes de suppléments de loyers, assure-t-elle.

Actuellement, à Sherbrooke, 800 personnes sont sur une liste d’attente pour obtenir un logement à prix abordable. La Ville s’est fixé comme objectif de construire 100 logements sociaux par année. Une cible qui est difficile à atteindre pour le moment.

La Ville doit vraiment s’impliquer plus qu’elle le fait actuellement, estime le conseiller municipal Pierre Avard, qui est également vice-président de l'Office municipal d'habitation de Sherbrooke. Actuellement, il y a comme une résistance au niveau de l’appareil [municipal], poursuit-il.

Au Québec, au moins 1000 ménages étaient à la recherche d’un logement au cours des derniers jours. Les personnes qui n’ont encore rien trouvé sont invitées à contacter la Société d’habitation du Québec.

Avec les informations de Brigitte Marcoux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Habitat