•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 60e anniversaire de la République démocratique du Congo souligné à Toronto

Le drapeau de la République démocratique du Congo flotte devant l'hôtel de ville de Toronto.

Le 30 juin 2020 marque le 60e anniversaire de l'indépendance de la République démocratique du Congo.

Photo : Radio-Canada / Thalia D'Aragon-Giguère

Thalia D’Aragon-Giguère

Le drapeau de la République démocratique du Congo a été hissé mardi devant l’hôtel de ville de Toronto à l’occasion du 60e anniversaire de l’indépendance du pays. Si la cérémonie s’est tenue en comité restreint, le contexte de pandémie de COVID-19 n’a pas empêché l’hymne national de résonner sur l’esplanade de la mairie.

Les 60 ans de l’indépendance du Congo, c’est tout simplement la joie, exprime Mpiana Patrick Kaketa, président de l’Association des Congolais de l’Ontario.

Il est le seul représentant à avoir obtenu l’autorisation de participer au lever du drapeau en raison de l’interdiction des rassemblements dans la province.

M. Kaketa explique que l’événement attire généralement plus de 60 personnes chaque année. Il s’agit d’un moment de partage et de commémoration pour l’ensemble de la communauté congolaise de Toronto.

[Aujourd'hui], j’étais seul là-bas à hisser le drapeau, mais ce n’est pas un problème, fait-il valoir. L’essentiel est que le drapeau soit debout, que le Congo soit debout.

M. Kaketa voit dans le drapeau le symbole d’un pays uni et indivisible qui flotte sur la métropole.

Mpiana Patrick Kaketa pose à côté du poteau métallique permettant d'hisser le drapeau de la République démocratique du Congo.

Mpiana Patrick Kaketa est le président de l’Association des Congolais de l’Ontario.

Photo : Radio-Canada / Thalia D'Aragon-Giguère

Un travail de mémoire

M. Kaketa juge essentiel de se replonger chaque année dans l’histoire de son pays afin de célébrer l’indépendance acquise auprès de la puissance coloniale belge le 30 juin 1960.

En dépit de toutes les difficultés qu’on peut avoir au pays, on est heureux d’avoir cheminé comme ça depuis 60 ans, jusqu’en 2020, soutient-il.

M. Kaketa espère également que cette célébration continuera d’éveiller les consciences ici comme ailleurs. Je souhaite que la jeunesse [congolaise] puisse se rappeler du combat qui a été mené par les martyrs de l’indépendance.

Je souhaite d’abord longue vie à mon pays et je souhaite aussi qu’il y ait vraiment la paix, la sécurité et la prospérité.

Mpiana Patrick Kaketa, président de l’Association des Congolais de l’Ontario

M. Kaketa désire ainsi préserver le pays que les héros qui se sont battus [et] qui se sont sacrifiés ont légué à la suite de l’indépendance.

Il estime que la République démocratique du Congo est un chantier qui doit être construit avec paix et de manière solidaire. Selon lui, les possibilités sont immenses. Si c’est bien géré, les Congolais n’ont rien à envier.

Un regard sur l’avenir

M. Kaketa pose un regard serein sur l'avenir de son pays d'origine.

60 ans après l’indépendance de la République démocratique du Congo, le roi des Belges a exprimé mardi ses regrets pour les souffrances infligées lors de la période coloniale.

Selon M. Kaketa, il s’agit d’un pas dans la bonne direction bien qu’il considère que cela aurait dû être fait depuis longtemps. On ne peut pas bousculer quelqu’un pour présenter des excuses, mentionne-t-il. Ça doit venir de soi.

M. Kaketa souhaite aujourd’hui que les autorités congolaises et belges s’assoient autour d’une même table afin de débattre du passé, de faire table rase et de regarder ensemble vers l’avenir.

C’est l’histoire et c’est déjà passé, explique-t-il. On est obligé de vivre maintenant en amitié, en amitié sincère.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Engagement communautaire