•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

60e anniversaire de l'indépendance de la RDC : commémorer malgré la pandémie

Une femme pose avec un drapeau sur les épaules

Marie Aganze Acefede est la vice-présidente de l'Association congolaise de Windsor-Essex

Photo : Soumis par Marie Aganze Acefede

Radio-Canada

La République démocratique du Congo souligne mardi le 60e anniversaire de son indépendance. Des festivités qui prennent une tournure plus familiale que communautaire en raison de la pandémie.

À l'exception sans doute dulever du drapeau de la RDC mardi matin devant l'hôtel de ville de Toronto, la plupart des célébrations sont limitées cette année pour la communauté congolaise.

Une situation qui n'empêche toutefois pas les membres de la diaspora de faire oeuvre de mémoire au sein de leur famille.

Tu ne peux être chez toi à la maison et pensez à tous ceux qui ont lutté pour que le pays accède à la souveraineté internationale, Étienne Kalema, un résident de Windsor.

Pour sa part, M. Kalema en profite pour revoir l'histoire de son pays natal.

Je suis en train de regarder les documentaires de Lumumba, de Kasavubu et de tous ceux qui ont milité pour qu'aujourd'hui on puisse parler du  Congo indépendant explique-t-il.

Éduquer les enfants

Même constat chez Marie Aganze Cifende, vice-présidente de l'Association des Congolais de Windsor-Essex. Pour elle, la situation est un même un moment particulièrement favorable pour sensibiliser les enfants de la communauté à leur héritage.

On a des enfants qui sont ici, qui ne savent pas chez nous. Je pense qu'aujourd'hui on s'est tous encouragés à dire un mot à nos enfants à propos du Congo et comment a été notre démarche pour l'indépendance du début à la fin et surtout leur montrer pas non seulement l'héritage congolais, mais aussi l'héritage africain. On est Africains aussi, et on est fiers, souligne-t-elle.

Portrait d'un homme. Il pose en costume dans une rue

Étienne Kalema, membre de la diaspora congolaise de Windsor

Photo : Soumis par Étienne Kalema

Les excuses du roi des Belges

La communauté congolaise a par ailleurs eu une bonne surprise en ce soixantième anniversaire de la l'indépendance alors que dans un geste historique, le roi des Belges a exprimé ses plus profonds regrets pour les blessures infligées aux Congolais lors de la période coloniale.

Dans une lettre au président de la République Démocratique du Congo, le monarque reconnaît que des actes cruels ont été commis à l'époque où son ancêtre, Léopold-2, gérait le Congo qui était sa propriété privée de 1885 à 1908 avant de le céder à l'État belge.

Étienne Kalema accueille bien le geste estimant que la Belgique a joué un rôle dans la dérive du pays depuis son indépendance.

Aujourd'hui, si ça ne marche pas dans notre pays, en grande partie, c'est la responsabilité de la Belgique, explique-t-il.

Il attend toutefois plus que des excuses.

La Belgique doit peut-être créer un fond pour aider le Congo à oublier tout ce que nous avons connu durant cette période de la colonisation, propose-t-il.

Au-delà de ce pardon, nous attendons la réparation pour passer maintenant à de nouvelles bases.

Étienne Kalema, membre de la diaspora congolaise de Windsor

Des millions de Congolais auraient été tués durant cette période.

Avec des informations de Gabriel Nikundana

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !