•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Collectif régional de lutte à l’itinérance en Outaouais dénonce la crise du logement

Des manifestants contre l'itinérance brandissant des pancartes.

Des manifestants étaient présents au parc Fontaine, à Gatineau, mardi.

Photo : Radio-Canada / Hugo Belanger

Radio-Canada

Le Collectif régional de lutte à l’itinérance en Outaouais (CRIO) a organisé, mardi après-midi, une manifestation pour dénoncer l’inaction des différents ordres de gouvernement face à la crise du logement, aux démantèlements de campements de sans-abri et au plan directeur de lutte à l’itinérance.

Dans un communiqué, le Collectif explique que la crise sanitaire liée à la COVID-19 a mis au second plan les problèmes de logements dans la région, lesquels touchent bon nombre de personnes à la veille du 1er juillet.

Alors que les différents paliers gouvernementaux semblent englués dans l’inaction, de nombreuses personnes et familles subissent toujours les conséquences de la faible disponibilité de logements, peut-on lire dans la déclaration.

Des manifestants au coin des boulevards Maisonneuve et des Allumettières à Gatineau.

Bon nombre de personnes étaient regroupées au coin des boulevards Maisonneuve et des Allumettières, à Gatineau.

Photo : Radio-Canada / Audrey Roy

Selon le CRIO, seulement 1,8 % de logements sont libres à Gatineau, et le coût moyen du parc locatif a augmenté de 4,5 % cette année. Il s’agit de la hausse la plus importante en 15 ans.

Les prix du parc locatif deviennent hors d’atteinte pour nombre de familles et de personnes seules, nombre qui croît sans cesse, peut-on lire sur la page Facebook de la manifestation.

Plusieurs ménages s’ajouteront aux 60 familles sans logis à Gatineau. La manifestation qui a débuté à 12 h 45 a été précédée d’un pique-nique communautaire au parc Fontaine.

Des manifestants au parc Fontaine

La manifestation a débuté à 12 h 45, mardi.

Photo : Radio-Canada / Hugo Belanger

On est en situation d’urgence

En entrevue à l’émission Les matins d’ici, mardi, l’organisateur communautaire du CRIO, Alexandre Deschênes, a dénoncé les récents démantèlements des campements de personnes itinérantes par la Ville de Gatineau.

Il y a énormément d’argent investi [dans le démantèlement] de quelques tentes qui pourrait être investi dans des projets structurants.

Alexandre Deschênes, organisateur communautaire du CRIO

Le Collectif demande à la Ville de Gatineau d’accepter les tentes jusqu’à ce que des projets « structurants » voient le jour. En plus de réclamer des logements abordables, le CRIO demande plus de soutien social et communautaire.

La semaine dernière, la mort d'un itinérant bien connu du secteur du Vieux-Hull a suscité plusieurs réactions. Il a été retrouvé sans vie dans un cabanon le 24 juin dernier.

Alors que l’aréna Robert-Guertin ne pourra plus accueillir de personnes en situation d’itinérance au-delà du mois de juillet, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais a indiqué dans un communiqué, mardi, qu’un comité de relocalisation a été mis en place pour trouver un autre emplacement.

La Ville de Gatineau travaillera notamment en collaboration avec le Gite-Ami et la Soupe populaire de Hull. D’autres partenaires du milieu communautaire participeront également au processus. Le CISSS souligne que plusieurs options sont présentement évaluées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Pauvreté