•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois prêtres arrêtés et accusés de crimes à caractère sexuel

Sûreté du Québec

La Sûreté du Québec poursuit son enquête.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les policiers de la Sûreté du Québec (SQ) ont procédé à l’arrestation de trois prêtres accusés de crimes à caractère sexuel.

Le Service des enquêtes sur les crimes majeurs a indiqué par voie de communiqué avoir appréhendé Jean-Maurice O’Leary, 82 ans, Claude Gariépy, 73 ans, ainsi qu'un autre homme de 93 ans.

Les suspects ont été arrêtés à Joliette, à Montréal et à Rigaud. Ils font face à des chefs d’accusation de grossière indécence et d’attentat à la pudeur sur des garçons.

Selon la sergente Ingrid Asselin, chacun de ces religieux est visé par deux chefs d'accusation relativement à des gestes posés sur une victime différente.

La porte-parole refuse de nommer la congrégation à laquelle les prêtres appartiennent.

Les événements qui leur sont reprochés se seraient déroulés entre 1953 et 1982. Les actes commis se seraient produits à Rawdon, Montréal et Havre-Saint-Pierre, sur la Côte-Nord.

Actifs au sein de différents établissements d’enseignement à travers la province, les prêtres étaient responsables de l’enseignement et de l’encadrement des victimes mineures, selon le corps policier provincial, qui poursuit son enquête dans cette affaire.

La Sûreté du Québec annonçait le 23 juin dernier l'arrestation de cinq religieux, tous membres des Clercs de Saint-Viateur, dans une résidence de leur congrégation à Joliette, également accusé de gestes à caractère sexuel posés envers de jeunes garçons.

Toute personne qui détiendrait de l'information au sujet des suspects est invitée à communiquer avec la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Crimes et délits

Justice et faits divers