•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

YouTube supprime des chaînes suprémacistes

Le logo de YouTube.

YouTube a supprimé plusieurs chaînes de médias suprémacistes blancs lundi.

Photo : YouTube

Agence France-Presse

YouTube a supprimé plusieurs chaînes de médias suprémacistes blancs lundi.

Les chaînes du média suprémaciste American Renaissance, de la personnalité canadienne d'extrême droite Stefan Molyneux, de l'ancien dirigeant du Ku Klux Klan David Duke et du militant néonazi Richard Spencer (ainsi que la chaîne de son organisme, le National Policy Institute) ont été supprimées.

Ces chaînes ont affirmé, par exemple, que certains groupes d'individus étaient inférieurs à d'autres, a indiqué lundi la plateforme de vidéos de Google.

Après avoir mis à jour nos règlements pour mieux résoudre la question des contenus suprémacistes, nous avons assisté à une multiplication par 5 du nombre de vidéos retirées et nous avons mis fin à plus de 25 000 chaînes pour violation de nos règles sur les discours de haine, a expliqué un porte-parole.

Ma chaîne avait presque 1 million d'abonnements, plus de 250 millions de vues, et j'ai toujours prêché pour la paix et la raison dans la résolution des conflits sociaux, s'est indigné le Stefan Molyneux sur Twitter.

Niant les accusations contre lui, ce commentateur, qui a notamment promu l'eugénisme, a accusé YouTube d'avoir détruit 14 ans de sa vie et de cibler les intellectuels anticommunistes.

Changement de cap

La mort de George Floyd, un Afro-Américain tué par un policier blanc à la fin de mai, a suscité un immense mouvement de lutte contre le racisme systémique, qui force les institutions et les entreprises, qui seraient sinon accusées de complicité et de laisser-faire, à réexaminer leurs actions.

Les réseaux sociaux, eux, se voient plus que jamais reprocher une trop grande tolérance envers les contenus incitant à la haine ou à la violence contre les minorités.

YouTube a néanmoins rappelé que la lutte contre les contenus suprémacistes avait été amorcée il y a un an.

La plateforme avait alors décidé d'interdire toute vidéo affirmant qu'un groupe était supérieur afin de justifier la discrimination, la ségrégation ou l'exclusion, en se basant sur des attributs comme l'âge, le genre, les origines, la caste, la religion, l'orientation sexuelle ou le statut de vétéran.

En cas d'infraction, et en guise d'avertissement, YouTube peut retirer certains privilèges à une chaîne, comme la possibilité de monnayer ses contenus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Réseaux sociaux

Techno