•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : pas de répit pour aider les Gatinois pris dans des « déserts alimentaires »

Un camion arborant un logo et une mention disant "Un marché près de chez vous!"

Le Marché mobile de Gatineau vient en aide à près de 30 000 personnes (archives).

Photo : Facebook/Marché mobile de Gatineau

Radio-Canada

S’alimenter durant la pandémie est devenu un défi de taille pour certains, tant pour des raisons sanitaires qu’économiques. C’est dans ce contexte bien particulier que le Marché mobile de Gatineau, un organisme qui se rend dans les voisinages loin des épiceries pour distribuer de la nourriture, lance mardi ses activités pour la cinquième année de suite.

Je pense qu’on va beaucoup être sollicités, a reconnu le directeur général Michaël Daudelin, directeur général de la Coopérative de solidarité Marché mobile de Gatineau.

Son organisme ne sera pas épargné par une demande à la hausse, comme celle observée par les banques alimentaires depuis le début de la crise, estime-t-il. Le Marché mobile agit comme une banque alimentaire mobile : il se rend dans les quartiers de Gatineau situés à un kilomètre ou plus d’une épicerie, des endroits que M. Daudelin qualifie de déserts alimentaires, pour y vendre des aliments à bas prix.

On va aller dans le secteur Mutchmore, Buckingham, Aylmer… [La présence de déserts alimentaires] est souvent liée aux poches de pauvreté, et qui dit poche de pauvreté, dit moins de services, a-t-il indiqué lors d’une entrevue aux Matins d’ici.

D’après ses estimations, le Marché mobile est en mesure de venir en aide à environ 30 000 Gatinois. L’organisme a également un souci de qualité. Il y a une certaine offre alimentaire, mais c’est souvent de la malbouffe, a noté M. Daudelin. Le Marché mobile a cet objectif de donner accès à de la bonne alimentation. On va offrir beaucoup de fruits et de légumes pour s’assurer que les gens y aient accès.

Le Marché mobile s’approvisionne en produits maraîchers auprès de producteurs locaux, mais si beaucoup de consommateurs se sont tournés vers les aliments québécois à cause de la crise, c’est une tendance qui était déjà installée chez les bénéficiaires du Marché mobile, fait remarquer son directeur général.

La saison 2020 du Marché mobile se termine à la fin du mois d'octobre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Alimentation