•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le masque sera obligatoire dans les commerces du Grand Toronto

Un homme qui porte un masque sort du grand magasin La Baie au centre-ville de Toronto.

Le règlement s'appliquera notamment dans les magasins, les lieux de culte, les stades et les espaces communs des hôtels.

Photo : CBC/Evan Mitsui

Radio-Canada

Le port du couvre-visage sera obligatoire à partir de la semaine prochaine dans les commerces et les endroits publics intérieurs à Toronto; la région de Peel en banlieue doit emboîter le pas plus tard ce mois-ci.

Le conseil municipal de Toronto a approuvé à l'unanimité la mesure mardi après-midi. Elle entrera en vigueur le 7 juillet et sera en vigueur au moins jusqu'au 2 octobre.

Le vote est prévu cette semaine ou en début de semaine prochaine à Brampton, à Mississauga et à Caledon dans la région de Peel, ont annoncé les maires de ces villes mardi matin.

Ces élus du Grand Toronto avaient demandé lundi au gouvernement de Doug Ford de rendre le masque obligatoire dans les commerces partout dans la province, afin d'aider à freiner la propagation de la COVID-19.

Le masque doit être lavé entre chaque utilisation, intact, propre et il ne doit pas touché lorsqu'on le porte ou trop ample.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Consignes de sécurité pour le port du masque

Photo : Radio-Canada / Camile Gauthier

Toutefois, le gouvernement ontarien a rejeté cette requête, rétorquant que les bureaux locaux de santé publique ont déjà le pouvoir d'exiger le port du masque à l'intérieur.

Windsor et Kingston, notamment, ont déjà rendu le masque obligatoire dans les commerces. Les usagers du transport en commun à Toronto devront par ailleurs porter obligatoirement un masque à partir du 2 juillet.

Le maire de Toronto, John Tory, admet qu'il peut être « inconfortable » de porter un masque. Il ajoute toutefois qu'il faut éviter une flambée d'infections comme dans certains États américains. Pour lui, le couvre-visage est nécessaire à cause des personnes infectées qui n'ont pas de symptômes.

Il faut être clair quant au port du masque [d'où la directive obligatoire].

John Tory, maire de Toronto
John Tory portant un masque.

Le maire de Toronto, John Tory

Photo : CBC

Les lieux publics :

  • Commerces et lieux où l'on offre des services, ce qui inclut les bars et restaurants (à l'intérieur)
  • Lieux de culte
  • Centres communautaires et de loisirs, les gymnases et les piscines
  • Bibliothèques, musées, aquarium et zoo
  • Agences de services communautaires
  • Salles de réception, centres des congrès, arénas et stades
  • Portes ouvertes et centres de présentation dans le secteur immobilier
  • Espaces communs dans les hôtels, motels et locations à court terme
  • Salles de concert, théâtres, cinémas, casinos et autres lieux de divertissement

La Ville ne prévoit pas déployer de multiples inspecteurs pour épingler les contrevenants, précise le maire Tory, qui compte plutôt sur la bonne volonté des résidents qui se diront que c'est la chose à faire.

Le nouveau règlement exempte les enfants de moins de 2 ans et les personnes qui ne peuvent porter un masque, en raison d'un problème médical, notamment. Il ne s'applique pas non plus aux lieux de travail et aux rassemblements privés dans les domiciles.

De notre vivant, aucune maladie n'est comparable à la COVID-19, ajoute la médecin hygiéniste en chef de Toronto, la médecin hygiéniste, la Dre Eileen de Villa, qui explique que le masque peut aider à bloquer les gouttelettes contenant le coronavirus. La personne portant un masque non médical ne se protège pas elle-même, mais protège les autres autour d'elle.

Pour que ce soit efficace, il faut que le plus grand nombre possible de personnes portent un masque, note le conseiller municipal et président du comité municipal de la santé publique, Joe Cressy.

À Brampton et à Mississauga, les commerçants doivent aussi avoir une semaine pour se conformer à la nouvelle directive.

Le conseil municipal de Brampton doit donner son aval jeudi, alors que le vote est prévu le 8 juillet à Mississauga. C'est ce que nous demandent les résidents de Mississauga et ça nous permettra de déconfiner plus tôt, affirme la mairesse Bonnie Crombie.

En Ontario, les magasins et les salons de coiffure ont eu l'autorisation de rouvrir, mais les restaurants n'ont pu rouvrir que leur terrasse pour l'instant, par exemple.

Le maire de Brampton, Patrick Brown, affirme que les consignes disparates actuelles sur le port du masque en Ontario sèment la confusion, d'où la nécessité d'une directive obligatoire.

Le gouvernement Ford se défend

En réponse aux critiques qui accusent le gouvernement Ford de ne pas avoir le courage politique d'imposer le port du masque partout dans la province, l'attachée du premier ministre a fait suivre à Radio-Canada, lundi matin, ses commentaires sur la question au cours des derniers jours.

M. Ford a répété qu'il incitait les Ontariens à porter un masque là où la distanciation physique n'était pas possible, mais tout en ajoutant que si la province imposait le port du couvre-visage dans les commerces, notamment, il serait impossible de faire appliquer une telle consigne.

Nos députés nous disent que dans les secteurs ruraux [où il n'y a pas de cas], à peu près personne ne porte un masque.

Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

Le médecin hygiéniste en chef de l'Ontario, le Dr David Williams, a ajouté ceci : C'est beaucoup mieux si le public est d'accord et porte volontairement un masque.

Le Québec, de son côté, doit annoncer mardi que le port du couvre-visage sera obligatoire dans les transports publics des différentes villes de la province.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !