•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Winnipégoise tentant d'acheter une arme chimique aux États-Unis est arrêtée par le FBI

Une femme debout à côté d'une 
échelle, de face et profil.

Sijie Liu purge sa peine dans la prison du comté de Cass à Fargo, dans le Dakota du Nord, jusqu'à ce qu'elle puisse être transférée au Canada.

Photo : Cass County Sheriff’s Office

Radio-Canada

Une femme de Winnipeg a été condamnée à 6 ans de prison après son entrée aux États-Unis pour acheter une arme chimique provenant du web caché.

Sijie Liu, 37 ans, a plaidé coupable devant un tribunal de district américain au début du mois après avoir été accusée d'avoir sciemment obtenu une arme chimique et menacé de l'utiliser.

Elle a contacté un agent infiltré du Federal Bureau of Investigation (FBI) et a exprimé son intérêt pour l'achat d'une toxine, selon des documents de la Cour. Ils communiquaient sur le web caché, une partie cachée d'Internet parfois utilisée pour des activités malveillantes et accessibles uniquement avec des logiciels spéciaux.

Sijie Liu purge sa peine dans la prison du comté de Cass à Fargo, dans le Dakota du Nord, jusqu'à ce qu'elle puisse être transférée au Canada.

Selon les documents de la Cour, la femme est entrée seule aux États-Unis, depuis le poste-frontière de Pembina, au Dakota du Nord, le 5 mars 2019. Elle a dit à l'agent frontalier qu'elle était partie à Grand Forks pour faire des courses.

Elle s’est plutôt rendue dans un commerce à quelques kilomètres de la frontière qui accepte et stocke le courrier et des paquets de clients canadiens.

Fausse identité

Des agents en civil ont vu Sijie Liu se présenter sous un autre nom, Julie Chen. Elle a reçu sept colis, dont six sous le nom de Julie Chen, selon les documents. Elle a été arrêtée alors qu'elle quittait l'entreprise.

Les documents de la Cour indiquent qu'avant que Sijie Liu ne soit interrogée par les autorités, elle a déclaré : Je sais que ce que j'ai fait était mal.

Les documents du tribunal rendus publics n’expliquent pas pourquoi Sijie Liu tentait d’obtenir une toxine.

Dans un accord de plaidoyer, les procureurs fédéraux et l'avocat de l’accusée ont recommandé une peine de 6 ans si elle plaidait coupable. Son temps passé en prison depuis mars 2019 a été crédité.

L'accord de plaidoyer dit que la femme a commandé 10 ml de toxine, un tablier, un masque et des gants, le 12 février 2019.

Le procureur de l'État et l'avocat de Sijie Liu n'ont pas répondu à une demande d’entrevue de CBC/Radio-Canada.

Avec les informations de Ian Froese

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Crimes et délits