•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une entreprise familiale de grillons ouvrira sur l'île de Lamèque

Un bol de grillons comestibles.

Plus de 2 milliards d’humains consomment régulièrement des insectes dans le monde.

Photo : Reuters / Rebecca Cook

En septembre prochain, une entreprise familiale de grillons verra le jour sur l’île de Lamèque dans une ancienne usine de transformation de poisson. Plus de 8 millions de grillons seront produits par mois et vendus pour consommation humaine et animale.

Gaëtan Chiasson de Lamèque, au Nouveau-Brunswick, a survécu à un grave accident en 2014. Il a par la suite constamment été à la recherche d’un projet qui sortait de l’ordinaire.

Il y a un an et demi, en écoutant la radio gaspésienne, il a entendu une émission sur les insectes comestibles. J’ai pensé en moi-même, c’est ça qu’il faut que je fasse.

Ce dernier a donc lancé son entreprise avec sa sœur, Renée Chiasson-Basque, pour commercialiser la protéine du grillon.

Les trois enfants de Gaétan Chiasson veulent aussi travailler et faire partie de l’aventure. Le nom de l’entreprise, KMMCF inc., est d'ailleurs un acronyme de leurs trois prénoms et de ceux des deux enfants de Renée Chiasson-Basque.

Un homme devant une maison blanche.

Gaëtan Chiasson devant l'usine de grillon familiale à Lamèque.

Photo : Avec la gracieuseté de / Gaétan

La famille a l’intention de débuter en septembre les activités de la ferme. Si tout fonctionne comme prévu, la production devrait être à son maximum vers le début février 2021, dit Gaétan Chiasson.

La ferme se situe dans deux anciennes usines de transformation de poisson sur l’île de Lamèque, fermées depuis trois ans, qui appartiennent à sa famille depuis les années 80.

La protéine du grillon

Le grillon est composé de 75 % à 80 % de protéine. Voilà donc le but précis de la vente de ce produit.

La famille recevra les œufs de grillons toutes les semaines. À partir de la réception des œufs, il sera possible, en huit semaines, de récolter les grillons adultes. Un total de 8 millions de grillons par mois!

Les grillons seront vendus vivants en boîtes de 1000 et une partie sera aussi congelée pour vente ciblée aux animaux.

Des entreprises de Montréal, vendeurs de barres protéinées d’insectes, ont montré leur intérêt pour l'achat de grillons de KMMCF inc. Eux, ce serait sous forme de poudre, explique-t-il.

Les grillons broyés produisent effectivement une « farine de grillon » utilisée pour les barres protéinées, populaires entre autres chez les sportifs.

De la farine moulue à partir de grillons séchés dans des bocaux.

De la farine moulue à partir de grillons séchés.

Photo : Reuters / Attila Cser

Gaétan Chiasson travaille en ce moment à la mise au point d'une entente de licence avec l'entreprise ontarienne Third Millennium Farming.

Cette entreprise du Mississauga lui fournirait hebdomadairement les œufs de grillons et lui donnerait accès à la technologie nécessaire pour une telle production.

Third Millennium Farming ouvre aussi son carnet de clients à cette entreprise de la Péninsule acadienne pour l'aider à développer ce marché dans les provinces de l’Atlantique.

L'avenir de la nourriture?

L’industrie des insectes comestibles est assez récente au Canada. Présente depuis environ dix ans dans certaines provinces comme l’Ontario, le marché des provinces de l’Atlantique est encore en croissance.

Pour l’alimentation humaine, c’est plus compliqué à vendre cela au monde, fait valoir Gaétan Chiasson. Ce dernier ciblera dans un premier temps les aquaculteurs pour les ventes de grillons de l'entreprise, notamment pour nourrir le saumon.

Il explique que les saumons sont actuellement souvent nourris par de plus petits poissons, mais que le stock de poisson est en déclin.

Pour plusieurs raisons écologiques, Gaétan Chiasson estime toutefois que la protéine du grillon fait partie du futur de l’alimentation humaine.

Avec l’éclosion du coronavirus, le monde recherche de la protéine qui est plus écologique pour l’environnement.

Gaétan Chiasson, directeur général de KMMCF inc.

Le producteur explique que la production de 1 kg de protéine de grillon nécessite un total de 1 kg de nourriture pour alimenter les insectes.

En comparaison, la production de 1 kg de bœuf nécessite 10 kg de nourriture. La consommation d’eau utilisée pour les grillons est plus basse que celle utilisée pour le bétail.

Image de l'émoji criquet

En plus de sa source de protéines, le grillon contient un bon taux de minéraux et d’acides gras oméga 3 et 6.

Photo : unicode.org

Gaétan Chiasson affirme que les gaz à effet de serre produits par les fermes de grillons sont moindres. C’est beaucoup plus écologique que les fermes de bœufs ou de poulet.

Il est estimé qu’un acre de terre peut produire environ 150 tonnes de protéines de grillons en un an.

Plus de 2 milliards d’humains consomment régulièrement des insectes dans le monde.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Alimentation