•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La rentrée scolaire inquiète les parents au Nouveau-Brunswick

Un enfant avec un masque regarde par la fenêtre avec son toutou.

Plusieurs parents craignent aussi que des mesures sanitaires trop strictes finissent par entraîner de l’anxiété ou de la peur chez certains enfants.

Photo : getty images/istockphoto / Gargonia

Radio-Canada

Une proportion importante de parents sont préoccupés par rapport à la santé mentale de leurs enfants au Nouveau-Brunswick.

C'est ce que révèle un récent sondage pour le compte de l'Association des parents francophones, en lien avec la rentrée scolaire et l’apprentissage en contexte de confinement.

Selon les quelque 2500 parents sondés, l'anxiété, la cohabitation permanente et la conciliation travail-famille représentent des défis importants.

On est isolés depuis plusieurs mois, donc il y a le stress, la tension familiale, [les soucis financiers] des parents qui ont perdu leur emploi, et toute cette question de virus, énumère Chantal Varin, directrice générale de l’organisme.

Des parents inquiets

Les parents sont également inquiets en ce qui concerne la qualité de l'éducation et l'accessibilité aux ressources pour soutenir les apprentissages des enfants.

L’annulation des sports interscolaires et des modifications qui se dessinent dans les cours d’éducation physique, de musique et d’arts visuels soulèvent aussi des inquiétudes.

Plusieurs parents ne peuvent pas imaginer leurs jeunes dans une classe toute la journée sans avoir la possibilité de bouger. Les cours d’art, de musique et d’éducation physique font partie du mieux-être et sont une motivation pour aller à l’école, fait valoir Mme Varin.

Des règles sanitaires trop strictes

Plusieurs parents craignent aussi que des mesures sanitaires trop strictes finissent par entraîner de l’anxiété ou de la peur chez certains enfants.

On veut assurer une certaine hygiène de vie, mais on ne veut pas avoir des polices qui vont à tout moment répéter aux enfants de faire attention à ceci ou cela. On craint que cela ne devienne anxiogène.

Chantal Varin DG de l'Association des parents francophones du N.-B.

Mme Varin souhaite ainsi poursuivre la collaboration avec le ministère de l’Éducation et les districts scolaires afin de permettre un milieu de vie le plus agréable possible compte tenu du contexte actuel.

D'après une entrevue de Karine Godin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Éducation