•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Drogue à Danville : les suspects font face à plusieurs chefs d’accusation

Un autobus de la SQ est stationné devant les lieux.

La Sûreté du Québec continue son enquête à la suite du démantèlement d'un laboratoire de drogue de synthèse à Danville.

Photo : Radio-Canada / Étienne Ravary

Radio-Canada

Les deux hommes et les deux femmes arrêtés vendredi dernier, après l’opération policière qui a démantelé la production de drogues de synthèse à Danville, ont comparu, lundi après-midi, au palais de justice de Sherbrooke et font face à plusieurs chefs d’accusation.

Emmanuel Pereira, 46 ans, de Sorel-Tracy, Alexandre Beaucage, 44 ans, de Saint-Denis-sur-Richelieu, Roxanne Savard, 45 ans, de Danville, et Roxanne Turgeon-Strauss, 25 ans, de Saint-Esprit font notamment face à des accusations de production de méthamphétamines, de trafic de substances interdites et de possession d'armes à feu.

Sur place, les policiers ont également trouvé une somme de 90 000 $ provenant, selon eux, en tout ou en partie des profits de la vente de ces drogues, plusieurs kilos de méthamphétamines, un kilo de cocaïne et beaucoup d'équipement et matériel nécessaire à fabriquer ces drogues.

Lundi, le travail d'au moins une cinquantaine de policiers se poursuivait à Danville. La Sûreté du Québec fera un bilan de toutes les saisies effectuées plus tard cette semaine.

Les voisins sous le choc

Les voisins, avec lesquels notre journaliste a pu parler, se disaient surpris par ce démantèlement. Tout comme Gilbert Beaulieu, facteur, qui explique que la résidence était peu occupée et rarement visitée.

J’y allais à l’occasion pour y livrer des colis, je n’aurais jamais pensé ça. Ils répondaient normalement, fait savoir M. Beaulieu. En hiver, c’était à peine déneigé. C’est surprenant. Je me demande bien par où ils pouvaient bien passer pour aller [dans la maison], poursuit-il.

Santé Canada et la Sûreté du Québec effectuent actuellement des prélèvements pour savoir si le ruisseau qui passe tout juste derrière cette propriété a été contaminé. Comme le rappellent les policiers, un kilogramme de la drogue de synthèse produite génère de cinq à six kilogrammes de déchets toxiques.

Le maire de la municipalité de Danville, Michel Plourde, espère ne pas avoir à payer la facture de ces expertises, car sa municipalité n'en a pas les moyens, explique-t-il. M. Plourde attend par ailleurs des résultats plus tard cette semaine.

Il y a des terres agricoles pas loin. [...] On est tous préoccupés par l’environnement. On va attendre les résultats. On ne peut pas faire plus actuellement. Mais c’est sûr qu’il va y avoir des répercussions. C’est impossible qu’il n’y en ait pas, lance-t-il.

Des conséquences graves pour la santé

Selon Christian Proulx, spécialiste en activité clinique au volet dépendance du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, la méthamphétamine est une drogue qui peut avoir de graves conséquences sur la santé.

La méthamphétamine augmente le rythme cardiaque causant parfois des crises cardiaques et des AVC. Elle cause également des éruptions cutanées et affecte la qualité des dents. Sans oublier les conséquences psychologiques qu’elle peut causer chez les personnes qui en consomment.

Son usage chronique va causer généralement la psychose chez les gens qui vont faire usage de la substance. Ça va se traduire par des hallucinations, des délires, des comportements erratiques, voire agressifs, rappelle M. Proulx.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Drogues et stupéfiants