•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des rénovations nécessaires à la survie du centre Acrobatx à Lac-Beauport

Le reportage de Jean-Philippe Martin

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Martin

À peine rouvert, le centre Acrobatx Yves Laroche fait face à un nouveau défi pressant. Les fameuses rampes d’eau de Lac-Beauport sont en fin de vie. Si des rénovations majeures ne sont pas entreprises cet automne, la saison 2021 pourrait être compromise.

Entraîneur de l’équipe provinciale de saut, Nicolas Fontaine ne cache pas sa joie de voir ses jeunes skieurs de retour sur les tremplins, depuis une semaine, après quelques mois de pause forcée.

On est bien content que le centre soit ouvert pour l’été, mais on a quand même de petites inquiétudes pour le futur, lance celui qui est également membre du conseil d’administration du centre national d’entraînement.

C’est que les rampes d’eau construites il y a 15 ans ont beau jouir d’une réputation internationale, elles n’en ont plus pour longtemps. La moisissure sous la structure de bois cause des maux de tête depuis un moment.

Chaque année depuis cinq ans, on met beaucoup d’argent pour s’assurer que ça reste sécuritaire, mais à un moment donné on ne sera plus capable, met en garde Nicolas Fontaine.

L’ingénieur venu inspecter récemment a constaté que la structure se dégrade encore plus vite qu’anticipé. Vendredi passé, il nous a dit que ce serait la dernière année, poursuit le directeur général, Jonathan Martin.

Un projet de plus de 5 millions $

Le directeur général et son équipe ne tombent pas des nues devant ce verdict. En février, déjà, le centre Acrobatx a soumis au gouvernement un projet de rénovations majeures dont le coût est estimé entre cinq et six millions de dollars.

Les tremplins hydrauliques en aluminium demeureraient, tout comme la piscine, dont le système de bulles à la fine pointe de la technologie rend les sauts plus sécuritaires et permet un plus gros volume de sauts par jour que pratiquement partout ailleurs dans le monde.

Un sauteur réalise un saut périlleux

Le skieur Émile Nadeau à l'entraînement sur une des rampes d'eau du centre Acrobatx.

Photo : Courtoisie

Les rampes seraient toutefois complètement reconstruites. En métal pour qu’elles soient plus durables et avec un système de récupération d’eau pour rendre le tout plus écologique. Un coussin d’air en pente serait aussi acheté pour permettre aux planchistes et aux skieurs de grand saut [big air] d’utiliser les tremplins.

Ce n’est pas tout. Jonathan Martin veut remplacer le chalet déjà existant par un centre intérieur avec une salle d’entraînement et plusieurs trampolines olympiques, ce qui permettrait de concentrer l’entraînement des skieurs au centre Acrobatx à l’année.

Plus achalandé que jamais

Un projet imposant, reconnaît le directeur général, mais c’est justement pour éviter que des demandes différentes soient faites année après année. D'ailleurs, le centre Acrobatx est unique au Canada et n’a jamais été aussi populaire.

On a triplé notre clientèle en cinq ans, lance-t-il. Les camps d’été sont pleins et plusieurs des meilleures équipes nationales de ski acrobatique, celles de Chine, du Japon, de Russie et d’Australie, sont venues passer du temps à Lac-Beauport pour s’entraîner, ces dernières années.

Nicolas Fontaine devant les rampes d'eau

Cofondateur des rampes d'eau à Lac-Beauport, Nicolas Fontaine est fier de la réputation que le centre acrobatique Yves Laroche et le Acrobatx se sont taillée depuis 15 ans.

Photo : Radio-Canada

Le hic, c’est que le projet présenté au gouvernement en février prévoyait le début des travaux à l’automne 2021. Les récentes analyses suggèrent que la structure de bois devra plutôt être reconstruite dès cet automne. Dans ce contexte, une nouvelle rencontre a été demandée avec le ministère de l’Éducation, responsable du programme d’aide financière pour les infrastructures sportives.

C’est sûr qu’avec la COVID, ça a retardé un peu, mais on espère vraiment avoir des nouvelles positives prochainement pour reconstruire, conclut Nicolas Fontaine.

On veut continuer de pouvoir dire qu’on a la meilleure rampe de ski acrobatique au monde.

Avec les informations de Jean-Philippe Martin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ski acrobatique

Sports