•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau PDG pour Hootsuite

Un immeuble vivement coloré.

Le couleurs de Hootsuite sont l'oeuvre de l'artiste Scott Sueme (archives).

Photo : Radio-Canada / Rafferty Baker

Radio-Canada

La compagnie Hootsuite, établie à Vancouver, nomme l’ancien chef de l’exploitation de Zendesk, Tom Keiser, PDG. Ce dernier remplacera le fondateur, Ryan Holmes, qui était à la tête de Hootsuite depuis 12 ans, à compter du 6 juillet.

M. Keiser a aidé à passer les revenus de son ancien employeur de 200 millions de dollars par année à près de 1 milliard de dollars par année en quatre ans. Zendesk, dont le siège social est situé à San Francisco, a aussi vu son personnel quadrupler, passant de 1000 à 4000 employés, d'après un communiqué publié par Hootsuite.

Selon Ryan Holmes, l'entreprise qu’il a créée a maintenant 15 bureaux dans le monde et environ 200 000 clients qui paient pour ses services de gestion et d’analyse des médias sociaux.

M. Holmes quitte le poste de PDG, mais restera membre du conseil d’administration de Hootsuite.

Ryan Holmes portant un chapeau de capitaine de navire et fixant l'horizon.

Le fondateur et PDG de Hootsuite, Ryan Holmes, pose pour une photo qui accompagnait une lettre aux investisseurs annonçant son départ.

Photo : Courtoisie de Hootsuite

Un pouvoir à surveiller

Selon lui, le pouvoir des géants des technologies requiert désormais la supervision du gouvernement, un peu comme cela a été le cas pour la radio et la télévision environ 15 ans après qu'elles aient atteint une masse critique.

Ce qui est intéressant, c’est que c’est exactement où nous en sommes avec Facebook et Twitter et tous les médias sociaux, explique M. Holmes. Il ajoute que ces compagnies qui ont transformé le travail, la politique et la société doivent être tenues pour responsables de leur influence.

Des choses comme Cambridge Analytica, nous n’en voulons pas, dit-il en faisant référence à la firme qui a obtenu l’accès aux données de millions d’utilisateurs de Facebook après avoir été engagée par la campagne présidentielle de Donald Trump en 2016.

Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, avait par la suite été appelé à témoigner devant le Sénat américain à propos de ce scandale, qui soulevait des questions sur la nécessité de réglementer les puissants acteurs du web.

Selon M. Holmes, les plateformes de médias sociaux doivent être franches sur la façon dont elles gèrent le suivi des publicités et les droits que les consommateurs cèdent pour les bénéfices dont ils profitent.

Pour ce qui est de ses plans à venir, Ryan Holmes prévoit de passer plus de temps avec sa fille, Bianca, âgée de 15 mois. Il souhaite aussi s'occuper d'initiatives telles que sa Ligue des innovateurs, un organisme caritatif qui vise à aider les jeunes entrepreneurs à accélérer leurs projets d’affaires au Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Réseaux sociaux