•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : la C.-B. « bien positionnée » pour faire face à une augmentation des cas

Des touristes masqués visitent l'Aquarium de Vancouver.

Les voyages dans la province sont autorisés durant la phase 3 de la relance économique, juste à temps pour la saison touristique.

Photo : Radio-Canada / Maggie MacPherson

Même si la reprise des activités en Colombie-Britannique pourrait faire augmenter le nombre de cas de la COVID-19, les experts sanitaires assurent que la province est en bonne position pour faire face à une éventuelle résurgence de la maladie.

Devrait-on s'inquiéter d'une hausse de cas ? Non, répond sans hésiter le Dr Brian Conway, directeur du Centre des maladies infectieuses de Vancouver qui souligne que la hausse des cas demeure très modeste dans la province. De plus, il existe un excellent système pour le dépistage et le traçage des contacts.

On est bien positionné, assure-t-il, car les structures en place permettent de contrôler efficacement les nouveaux cas.

Augmentation contrôlée

Lundi, la médecin hygiéniste en chef de la province, Bonnie Henry, a annoncé que 26 personnes ont été déclarées positives à la maladie depuis le dernier bilan des autorités. Ce nombre a beau être faible, la COVID-19 représente toujours un risque, insiste-t-elle.

Nous devons demeurer vigilants. Nous devons gérer et minimiser les nouveaux cas.

Bonnie Henry, médecin hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique
La Dre Bonnie Henry se tient devant un graphique projeté sur un écran.

La Dre Bonnie Henry insiste pour que les Britanno-Colombiens demeurent vigilants pendant la 3e phase de reprise économique.

Photo : Radio-Canada / Mike McArthur

Devant de nombreux Britanno-Colombiens qui retournent au travail, les autorités sanitaires prévoyaient une augmentation des cas de COVID-19 au cours de l'été.

Or, puisque la Colombie-Britannique est parvenue à réduire considérablement le nombre de cas actifs sur son territoire, l'augmentation de la transmission reste faible, explique David Coombs, mathématicien à l’Université de la Colombie-Britannique.

Il pourrait y avoir une croissance exponentielle, mais l'exposant est assez faible, fait-il valoir.

Pour le Dr Conway, la situation est rassurante : Ce qui pourrait m’inquiéter serait une augmentation incontrôlable des nouveaux cas dans la communauté, et on n’est carrément pas là.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Bâtir une nouvelle normale

Advenant une augmentation significative du nombre de cas, un renforcement des mesures qui sont en place serait à prévoir, selon le Dr Conway.

Si la distanciation est compromise, on a dans notre poche un masque qu’on va mettre, dans les transports en commun. On se lave les mains plus souvent. Si on est malade, on reste à la maison. S’il y a des cas de transmissions, on écoute les autorités publiques, énumère le virologue.

Ces mesures nous ont bien servis et doivent s’inscrire dans une nouvelle normalité, plaide-t-il.

Nous devons modifier nos activités pour nous assurer de ne pas mettre nos communautés en danger.

Bonnie Henry, médecin hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique

La phase 3 permet aux Britanno-Colombiens de voyager librement dans la province. Si les gens continuent de prendre les mêmes précautions lorsqu'ils voyagent que lorsqu'ils sont à la maison, je ne vois pas de problème évident, affirme M. Coombs.

Bilan de lundi en Colombie-Britannique :

  • 2904 cas de COVID-19 depuis le début de la pandémie;

  • Un total de 174 décès;

  • 18 personnes hospitalisées, dont 5 admises aux soins intensifs;

  • 2577 personnes considérées comme guéries.

Avec les informations de Justin McElroy

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Santé publique