•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville d’Ottawa pourrait obliger le port du masque dans les espaces publics intérieurs

Une affiche sur la porte extérieure d'un immeuble donnant accès au train léger rappelle que le porte du masque est requis.

Le port du masque est obligatoire depuis le 15 juin dans le train léger et les autobus d'OC Transpo (archives).

Photo : Radio-Canada / Trevor Pritchard/CBC

Emmanuelle de Mer

Santé publique Ottawa (SPO) doit statuer d’ici la fin de la semaine si elle recommandera le port obligatoire du masque dans les espaces publics intérieurs. La médecin en chef Vera Etches a confirmé en point de presse, lundi, que les réflexions à ce sujet se poursuivent « sérieusement », alors que les commerces de la capitale reprennent leurs activités.

Je veux que tout le monde porte le masque à l'intérieur quand c’est impossible de faire la distanciation physique, a rappelé la Dre Etches. Ça a toujours été ma recommandation.

Elle s'est d'ailleurs réjouie que 71 % des Ottaviens disent avoir porté le masque dans les espaces publics intérieurs dans la dernière semaine. Mais elle a noté du même coup qu’il s’agit seulement d’une légère hausse, puisqu’environ 60 % disaient le porter dans le dernier mois.

Pour l'instant, la Dre Etches mise sur cette bonne pratique et sur les appels publics pour renforcer le port du masque, soulignant que la culture change, mais qu’on peut faire mieux.

L’encouragement [de porter le masque ] est ce qui fonctionne le mieux. Je m’attends à ce que ça continue, en offrant peut-être un peu plus de clarté.

Dre Vera Etches, médecin en chef de Santé publique Ottawa

En parallèle, les discussions continuent entre les élus, SPO, les commerçants et la population, a ajouté de son côté le conseiller municipal et président du Conseil de santé d’Ottawa, Keith Egli. Nous étudions toutes les options [... ] aussi rapidement et précisément que possible, a-t-il lancé. Nous ne voulons pas perdre du terrain en passant de la phase 2 à la phase 3.

Les commerçants attendent d’ailleurs des directives claires de la part de la santé publique quant au port du masque, a ajouté la Dre Etches, afin d’appliquer les mêmes mesures envers leurs employés et les clients.

Ces considérations sont très importantes et ne seront pas prises à la légère, a soutenu le conseiller Egli. Comme ses collègues, il a assuré que la décision d'obliger le masque ou non sera basée sur les données médicales.

Ces réflexions surviennent alors que le Québec envisage d’obliger le port du masque dans le transport en commun et que 27 personnes ont été infectées par le coronavirus dans un salon d’esthétique à Kingston.

Comment renforcer un éventuel port obligatoire du masque

Dans l’éventualité où le masque deviendrait obligatoire dans les espaces publics intérieurs d'Ottawa, trois options s’offriraient pour en assurer l’application dans la population.

Le directeur général des Services de protection et d’urgence, Anthony Di Monte, semble privilégier l’adoption d’un nouveau règlement municipal. Ceci permettrait notamment aux policiers et aux agents d’OC Transpo d’appliquer la mesure.

Les amendes municipales seraient également moins sévères que celles de 800 $ et plus prévues par la province, ce qui constitue une autre option, a ajouté M. Di Monte. Enfin, la santé publique pourrait émettre des ordonnances.

Si nous rendons le masque obligatoire, nous devons nous assurer que nous avons les outils nécessaires pour l’appliquer.

Keith Egli, conseiller municipal et président du Conseil de santé d’Ottawa

Chose certaine, l’éventuelle application du port du masque obligatoire se ferait progressivement. Notre objectif est de continuer à éduquer les gens si c’est obligatoire, a martelé M. Di Monte. Même au début, ça va être de l'éducation et des avis plutôt qu’une intervention corsée.

Un éventuel règlement municipal pourrait également s’appliquer aux usagers des autobus d’OC Transpo et du train léger. Le masque est obligatoire à Ottawa dans le transport en commun depuis le 15 juin, mais aucune amende n'est imposée pour l'instant.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Santé publique