•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un été unique aux camps de jour de Sept-Îles

Un garçon regarde à travers un trou dans une feuille.

Un enfant joue avec une grosse feuille (archives).

Photo : getty images/istockphoto / coscaron

Radio-Canada

En raison des mesures sanitaires pour lutter contre la COVID-19, c'est un été pas comme les autres qui s'amorce dans les camps de jour de la ville de Sept-Îles.

Lundi matin, les cinq terrains de jeu de la ville ont accueilli les enfants pour la première fois de la saison.

Des jeunes s'amusent dans un parc.

Les camps de jours de Sept-Îles accueilleront beaucoup moins de jeunes cet été.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Mais les mesures sanitaires liées à la pandémie apportent leur lot de changements.

Le jeune Charles peut maintenant retrouver ses amis dans un des camps de jour organisé par la ville de Sept-Îles.

Sa mère Alexandra Elsliger est heureuse qu'il puisse y participer cet été, malgré la pandémie.

Une femme en entrevue dans une cours.

Alexandra Elsliger

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

On a eu un guide parent super complet, avec toutes les informations : quand aller chercher notre enfant, où aller le chercher, où aller le porter, ce qu'on doit apporter pour tout l'été pour qu'il n’y ait pas de partage de matériel pour les enfants, énumère la mère.

L’été sera particulièrement unique aux terrains de jeux pour les enfants.

En temps normal, ce sont plus de 650 petits Septiliens qui les fréquentent chaque semaine, de la fin juin jusqu'au début août.

Cette année cependant, ce nombre est limité à 250 enfants, la limite pour respecter la distanciation physique lorsqu’ils devront s’amuser à l’intérieur.

On fait beaucoup d'activités extérieures parce que c'est notre priorité cet été, mais lorsqu'il y aura des journées un peu moins belles, va falloir être à l'intérieur. Alors pour respecter la distanciation, avec les jeunes et le moniteur, c'est ce qu'on est capable de respecter avec les locaux qu'on avait, explique Mylène Barbeau, la superviseure des centres communautaires de la Ville de Sept-Îles.

Une femme donne une entrevue sur un terrain de sport.

Mylène Barbeau, la superviseure des centres communautaires de la Ville de Sept-Îles.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

De plus, les animateurs doivent redoubler de créativité. En raison des mesures sanitaires, plusieurs activités normalement offertes aux enfants, comme les sorties à la piscine ou à la plage, n'auront pas lieu cette année.

On ne va pas au lac Rapide, mais il va y avoir des jeux d'eau dans les secteurs. Il y a plein d'activités quand même, indique la technicienne en loisirs Annie Thibeault, qui se veut rassurante.

Une femme sur un terrain de sport.

Annie Thibeault, technicienne en loisirs pour la Ville de Sept-Îles.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

C'est deux moniteurs pour 10 jeunes que nous on a. Tous les groupes ont leur lieu extérieur et leur lieu intérieur. On ne peut plus faire de grands rassemblements donc c'est vraiment par petits groupes, précise de son côté Mylène Barbeau.

Quant au port du masque, il n'est pas obligatoire pour les moniteurs, sauf lorsque la distanciation physique de deux mètres ne sera pas possible avec les enfants.

Avec les informations de Marc-Antoine Mageau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Jeunesse