•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La seule boîte de nuit destinée à la communauté LGBTQ de Fredericton a fermé ses portes

La façade de la boîte de nuit Boom! avec une affiche dans la porte comportant l'inscription "espace à louer" en anglais.

Le Boom! a dû fermer ses portes en raison des pertes financières occasionnées par la pandémie.

Photo : Radio-Canada / Sarah Morin

Radio-Canada

Des pertes économiques attribuables à la COVID-19 ont forcé la seule boîte de nuit LGBTQ de Fredericton à fermer ses portes. Le bar a annoncé sa fermeture à sa communauté par l’entremise de sa page Facebook (Nouvelle fenêtre), vendredi dernier.

Depuis 15 ans, Boom! était l'âme de la communauté LGBTQ de Fredericton avec ses soirées hautes en couleur et ses spectacles de drag queens.

Le célèbre bar aura laissé un souvenir indélébile dans la mémoire de nombreux membres de la communauté. Pour plusieurs personnes, ce n’était peut-être que quatre murs et un toit, mais c’était aussi une maison. C’était un endroit où les gens se rendaient après le travail et où ils pouvaient être eux-mêmes en toute tranquillité, a témoigné Mitchell Goodine qui était drag queen au Boom!

L’ambiance accueillante et conviviale qui régnait au bar a joué un rôle central dans l'affirmation de son orientation sexuelle, quelques années après être arrivé au Nouveau-Brunswick en 2008 pour faire des études en infirmerie. La boîte de nuit du centre-ville l'a même aidé à définir son personnage de drag queen : Amour Love. M. Goodine a aussi milité pour l'abolition de la thérapie de conversion pour les homosexuels.

Boom! était le seul endroit qui m'a réellement accepté pour ce que j'étais... avant même que je le sache.

Mitchell Goodine, drag queen au Boom!
Mitchell Goodine, habillé pour incarner son personnage de drag Amour Love, salue la foule sur une scène et porte une bannière de récompense.

Mitchell Goodine habillé en Amour Love remporte une compétition de drag queen au Boom! en 2019.

Photo : @boomnightclub.ca/Facebook

Ce sont les pertes financières engendrées par la COVID-19 qui ont forcé l’établissement à fermer ses portes le 26 juin. Ironiquement, la nouvelle a été annoncée sur la page Facebook du bar, le même jour où la province (à l'exception du Restigouche) passait à la prochaine étape de déconfinement.

Cela fait 105 jours que nous avons été obligés de fermer nos portes depuis le 13 mars dernier à cause de la COVID-19, et pendant ce temps nous ne savions pas quand ni si nous serions autorisés à rouvrir ou à quelle capacité [...] Malheureusement, avec les nouvelles limitations, les pertes passées et futures seraient trop importantes, peut-on lire dans la publication de l’établissement.

La direction de l’établissement a également profité de cette dernière interaction avec ses clients pour les encourager à toujours être eux-mêmes. Sachez que vous êtes aimés! a-t-elle tenu à rappeler à sa communauté.

Malgré ses demandes, CBC n’a pas été en mesure d’obtenir les commentaires de Boom! avant la publication de cet article.

Un phare pour la communauté LGBTQ à Fredericton

Fondé en 2004, le Boom! fait partie des nombreux bars LGBTQ à avoir ouvert leurs portes à Fredericton depuis les années 1980, selon Meredith J. Batt, vice-présidente de la Queer Heritage Initiative du Nouveau-Brunswick.

Les anciens bars LGBTQ de la ville comprenaient notamment le Dance Trax (fin des années 1980 et début des années 1990), le Curt's Dance Warehouse (milieu des années 1990), le Phoenix Rising (1997-1998), et plus récemment le Club Lynx (2002-2003), selon Peter Acheson, un des DJs du Boom!

La fermeture de la boîte de nuit arrive simultanément avec la fin du mois de la fierté et quelques semaines avant la fierté virtuelle provinciale du Nouveau-Brunswick, organisée conjointement par Fierté Fredericton Pride, River of Pride et Saint John Pride.

Amelia Thorpe, coprésidente de Fierté Fredericton Pride, était une habituée des soirées karaoké au Boom! avec sa partenaire. Pour elle, le bar était un pilier central de la communauté queer et transgenre de Fredericton.

Boom! était un endroit où je me sentais personnellement à l'aise d’être moi-même, d'être avec ma partenaire

Amelia Thorpe, coprésidente de Fierté Fredericton Pride

La perte d’un « safe space »

Cette fermeture pousse les membres de la communauté LGBTQ à se questionner sur l’existence d’un espace sécuritaire pour eux à Fredericton.

Les drag queens comme M. Goodine auront désormais un espace de moins où ils pourront se produire en toute sérénité.

Je ne peux pas imaginer de ne plus avoir d'espace sûr pour pouvoir aller m'exprimer, a-t-il déclaré en ravalant des sanglots. D'autres endroits [qui ne sont pas spécifiquement destinés à la communauté LGBTQ] peuvent être accueillants, mais vous avez toujours l'impression de ne pas faire partie du groupe, a-t-il ajouté. Il s’inquiète d’autant plus pour les plus jeunes membres de la communauté, qui commencent tout juste à assumer leur orientation.

Dans sa publication, Boom! a mentionné son espoir que quelqu'un reprenne le flambeau et recrée un endroit sûr (« safe space ») comme a su l'être le bar au fil du temps.

M. Goodine, et Mme Thorpe partagent le même espoir : ils aimeraient également qu'un autre espace physique destiné à la communauté LGBTQ voie le jour à Fredericton.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Communauté LGBTQ+