•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 chez les travailleurs migrants : la Croix-Rouge en renfort

Hilda MacDonald regarde attentivement une personne en face d'elle.

La mairesse de Leamington, Hilda MacDonald

Photo : Radio-Canada / Vincent Robinet/CBC News

Radio-Canada

La mairesse de Leamington, près de Windsor, en Ontario, affirme que la Croix-Rouge a été appelée en renfort pour aider les autorités sanitaires à réprimer l’éclosion de COVID-19 qui frappe les travailleurs agricoles migrants de la région.

Dimanche, deux manifestations ont eu lieu à Leamington pour demander de meilleures conditions pour ces travailleurs temporaires. Trois d’entre eux sont morts de la COVID-19 depuis le début de la pandémie.

Selon la mairesse Hilda MacDonald, des hôtels ont été réservés afin que les travailleurs agricoles – qui sont presque tous des travailleurs étrangers temporaires – aient un endroit sûr pour se mettre en quarantaine. Elle a ajouté que ces hôtels seront supervisés par les autorités sanitaires de la région.

Lundi, 87 des 88 nouveaux cas de COVID-19 recensés dans la région se trouvaient parmi les travailleurs agricoles. Dimanche, on comptait 96 des 98 nouveaux cas de la région chez ces travailleurs.

La province s’inquiète

Leamington et Kingsville sont les deux seules régions de l'Ontario qui n'ont pas encore reçu l'autorisation de passer à l'étape 2 du plan de réouverture de la province.

La ministre de la Santé de l'Ontario, Christine Elliott, lors d'une conférence de presse à Queen's Park.

La ministre de la Santé de l'Ontario, Christine Elliott (archives)

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

La ministre de la Santé Christine Elliott a déclaré lundi lors de son point de presse que le nombre de cas récemment découverts chez les travailleurs temporaires ont été détectés grâce à un nombre de tests accru. Elle a ajouté qu’il s’agissait d’une partie du plan provincial qui vise à réprimer l’éclosion qui touche le secteur de l’agriculture.

De plus, la médecin hygiéniste adjointe de la province, la Dre Barbara Yaffe, a déclaré que la santé publique de la province suivait la situation de près. Santé publique Windsor-Essex a envoyé une nouvelle équipe chargée d'enquêter sur la situation. Elle va refaire des entrevues et établir les prochaines étapes à suivre pour contrôler les éclosions, a-t-elle déclaré lors de son point de presse quotidien, lundi après-midi.

La Dre Yaffe a aussi rappelé que la responsabilité de la santé des travailleurs revenait aux employeurs.

L'armée aussi?

Par ailleurs, la mairesse de Leamington n’a pas écarté la possibilité de demander l’aide des Forces armées canadiennes.

On peut toujours demander aux forces armées de venir installer des hôpitaux de campagne, a-t-elle déclaré. C'est une option qui est sur la table.

Ailleurs dans le Sud-Ouest, Bluewater Health, l’hôpital de Sarnia, a entrepris son plan d’action qui vise à faire subir un test de diagnostic à tous les travailleurs migrants qui travaillent dans quatre fermes de Sarnia et de Lambton. Ce plan d’action avait été annoncé vendredi.

Un groupe demande la fermeture du secteur

Un groupe d'activistes, Justice for Migrant Workers, demande la fermeture pure et simple du secteur de l'agriculture dans la province.

« Ce fiasco doit cesser », dit Chris Ramsaroop, l'organisateur du groupe. « C'est du racisme! »

Chaque lieu de travail qui fait face à une éclosion doit être évacué et désinfecté de fond en comble, selon lui.

Nous ne pouvons continuer dans cette direction, le nombre de cas monte en flèche! C'est scandaleux, a-t-il déclaré en entrevue à CBC News lundi.

Selon le plan de la province pour arrêter la propagation du virus dans les exploitations agricoles, ceux qui ont la COVID-19 mais qui sont asymptomatiques sont autorisés à continuer de travailler dans les exploitations agricoles tant qu'ils respectent les mesures de santé publique sur leur lieu de travail pour minimiser le risque de transmission à d'autres.

Elle insiste sur la réouverture

Environ 670 travailleurs de l'industrie agroagricole ont jusqu'à présent reçu un diagnostic de COVID-19 dans la province.

Mme MacDonald a ajouté qu'elle avait parlé dimanche au premier ministre de l'Ontario, Doug Ford. Elle affirme qu’ils ont discuté des critères pour que Leamington et Kingsville puissent passer à la deuxième étape.

Je le répète encore une fois – et il est d'accord –, nous devons rouvrir nos entreprises et passer à la deuxième étape, a-t-elle déclaré.

Soit nous rouvrons, soit il faut qu’on nous dédommage [pour nos pertes économiques] , a-t-elle ajouté, lundi matin.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Coronavirus