•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec a-t-il oublié les Madelinots dans sa gestion de la pandémie?

Les bâtiments et les rues du centre-ville de Cap-aux-Meules.

Plusieurs Madelinots se sentent oubliés par Québec, alors que l'accès au territoire demeure difficile en raison des contraintes imposées par les provinces maritimes.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Radio-Canada

Des Madelinots ont l'impression d'avoir été oubliés par Québec, alors que l'accès aux Îles-de-la-Madeleine demeure difficile en raison des contraintes imposées par les provinces maritimes.

Les grandes décisions étaient prises à Québec sans vérifier si elles étaient opérationnelles sur le terrain, ça faisait un peu amateur, déplore le député des Îles-de-la-Madeleine, Joël Arseneau.

Je pense que Québec a négligé de considérer le caractère particulier des Îles-de-la-Madeleine. Il y a quand même un décret sur l'insularité qui a été adopté en 2016 et on dirait que le gouvernement n'a pas actualisé ce décret dans ses actions, estime-t-il.

One size fits all, ça ne fonctionne pas pour les Îles-de-la-Madeleine et on l'a vu tout au cours de la pandémie.

Joël Arseneau, député des Îles-de-la-Madeleine
Joël Arseneau lors d'une entrevue aux Îles

Joël Arseneau espère que Québec tirera des leçons de la pandémie, notamment en ce qui a trait au caractère particulier de l'archipel.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Plusieurs citoyens abondent dans le même sens, comme Yvonne Langford, qui réside à Havre-aux-Maisons.

Alors que le Québec se déconfinait, nous les Madelinots, on était dans l'impossibilité de sortir des Îles par la route, souligne-t-elle.

La Madelinienne, qui tient un blogue où elle commente l'actualité, dénonce le refus des provinces maritimes d’accommoder les insulaires, mais aussi la gestion d'Ottawa et Québec.

Le gouvernement du Canada a été à peu près silencieux. On ne l'a pas du tout entendu là-dessus, et le gouvernement du Québec nous a toujours présenté ça, comme une affaire de paperasse. Mais il n'y a personne qui a présenté ça et défendu ça sous l'angle d'un droit fondamental garanti par l'article 6 de la Charte des droits et libertés, qui est le droit de circuler, avance Mme Langford.

Québec se défend d'avoir oublié les Madelinots

C'est facile après coup de regarder ça à la lumière d'une normalité, mais on n'est pas dans une normalité, fait valoir la ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne, Sonia LeBel.

On est toujours en contexte de crise sanitaire. Les provinces rouvrent à des rythmes différents. Nos plans de déconfinement ne sont pas les mêmes, alors l'arrimage n'est pas parfait, mais on continue les discussions avec le Nouveau-Brunswick et l'Île-du-Prince-Édouard, affirme la ministre.

On est sur le dossier à tous les jours. Dès qu'il y aura une ouverture, je peux vous garantir qu'on est sur le dossier pour élargir ce fameux corridor de passage.

Sonia LeBel, ministre responsable des relations canadiennes

Mme LeBel se défend également d'avoir oublié les Madelinots lors de la planification du déconfinement provincial.

Il y a une particularité territoriale et géographique qui fait qu'effectivement, il y a eu quelques petites difficultés d'application au début, mais ce n'est pas parce qu'on avait oublié les Madelinots, assure-t-elle.

Le CTMA Traversier accoste au quai de Cap-aux-Meules aux Îles-de-la-Madeleine.

Pour se rendre aux Îles-de-la-Madeleine en voiture, les Québécois doivent traverser le Nouveau-Brunswick et l'Île-du-Prince-Édouard afin de prendre le traversier de Souris à Cap-aux-Meules.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

La ministre rappelle par ailleurs que les provinces maritimes ont le droit de restreindre l'accès à leur territoire dans le contexte exceptionnel de la pandémie de COVID-19.

À l'intérieur même de leurs provinces, leurs propres citoyens sont restreints. Le tourisme n'est pas ouvert au moment où on se parle. Ils viennent à peine de créer la "bulle atlantique" qu'ils sont en train de tester. Et malgré tout ça, ils ont accordé aux Québécois un droit de passage. C'est pas idéal, on le comprend, mais il faut remettre tout ça dans le contexte de pandémie, souligne Mme LeBel.

Les Îles isolées : un précédent?

Le maire des Îles, Jonathan Lapierre, y voit toutefois un dangereux précédent.

La prochaine fois, ça va être quoi la raison du Nouveau-Brunswick ou de l’Île-du-Prince-Édouard? Ces gens là ne seront pas heureux du prix du homard versé à quai aux Îles-de-la-Madeleine versus [celui versé à l'Île-du-Prince-Édouard], pis ils vont décider de bloquer la route? Ils ne seront pas contents du nombre de visiteurs qui viendront aux Îles comparativement à leur propre industrie touristique? demande-t-il.

C'est inacceptable. Oui, la COVID-19, c'est un virus qui peut faire peur, c'est une situation qui est très sérieuse, mais actuellement il y a des façons de contrôler tout ça, estime le maire.

Depuis le 26 juin, le Nouveau-Brunswick et l'Île-du-Prince-Édouard permettent aux Québécois de traverser leur territoire pour se rendre sur l'archipel à des fins touristiques.

Toutefois, les voyageurs doivent avoir trois documents en main pour passer aux points de contrôle interprovinciaux, soit le formulaire d'autodéclaration du gouvernement du Québec, une confirmation de réservation à bord du traversier et un document qui justifie le motif de votre déplacement, comme une preuve de réservation dans un hébergement touristique des Îles-de-la-Madeleine, par exemple.

De plus, le gouvernement du Nouveau-Brunswick ne permet que les arrêts dans les stations-services pour le ravitaillement en essence et en nourriture. Il est interdit de s'arrêter au restaurant ou pour dormir.

Le gouvernement de l'Île-du-Prince-Édouard demande pour sa part aux voyageurs québécois de se rendre directement du pont de la Confédération au terminal de Souris, pour prendre le traversier.

Avec les informations d'Isabelle Larose

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Transports