•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'accès à Internet haute vitesse se fait toujours attendre à l'Île-du-Prince-Édouard

L'Internet branché par un câble dans un ordinateur portable.

Une connexion Internet.

Photo : Radio-Canada / Guy Leblanc

François Pierre Dufault

L'accès à Internet haute vitesse se retrouve, une fois de plus, au cœur d'un débat à l'Île-du-Prince-Édouard. L'opposition officielle à l'Assemblée législative fait pression sur le gouvernement pour que le branchement des communautés rurales se fasse plus rapidement.

Les promesses et les échéanciers se succèdent depuis une dizaine d'années. Mais le problème persiste, déplore le Parti vert. Plusieurs communautés rurales de la province insulaire n'ont toujours pas accès à l'Internet à large bande.

Le chef de l'opposition officielle, Peter Bevan-Baker, demande au gouvernement d'accélérer le pas. Il dit ne pas comprendre pourquoi une enveloppe de 10 millions de dollars mise à la disposition des fournisseurs locaux d'Internet n'a presque pas été touchée.

Les critères du fonds trop restrictifs?

Pour l'exercice financier 2019-2020, seuls deux projets totalisant un peu plus de 45 000 $ ont reçu des fonds de la province.

Dans le monde de la COVID-19, avoir un accès adéquat et fonctionnel à Internet chez soi, ce n'est pas un luxe, c'est une nécessité absolue.

Peter Bevan-Baker, chef de l'opposition officielle à l'Île-du-Prince-Édouard

Le ministre du Développement économique, Matthew MacKay, reconnaît que les critères d'admissibilité de ce fonds d'aide sont trop restrictifs pour la plupart des petits fournisseurs. Il promet de revoir ces critères.

Un fournisseur local insulaire, Wicked Eh!, se dit prêt à installer des tours de transmission pour améliorer l'accès à l'Internet à large bande dans certaines régions mal desservies de l'île. Toutefois, le projet ne peut recevoir de financement provincial.

Une responsable de l'entreprise, Alesia Napier, affirme qu'elle a des projets prêts à démarrer et qu'elle aurait facilement pu réaliser trois expansions géographiques depuis mars 2019, si le fonds d'aide [du gouvernement] avait été plus accessible.

Peter Bevan-Baker jette aussi un regard critique sur un plan de 37 millions de dollars, annoncé peu avant les élections de 2019 à l'Île-du-Prince-Édouard, financé en grande partie par le gouvernement fédéral, et visant à effectuer 30 000 branchements à Internet haute vitesse en trois ans.

De longs délais

Le chef de l'opposition officielle à Charlottetown se plaint des délais pathétiquement longs dans la mise en oeuvre de ce projet destiné à de plus gros joueurs de l'industrie, Bell et Xplornet. Les résidents des régions rurales de l'île [...] n'auront pas accès à un service Internet fiable pendant encore plusieurs années, dénonce-t-il.

Le ministre Matthew MacKay explique qu'il lui a fallu plus de temps que prévu pour négocier des ententes avec les fournisseurs, et qu'Xplornet n'a pas encore commencé à brancher ses nouveaux clients. En revanche, l'élu signale que Bell devrait être en mesure d'offrir dès 2020 un accès à Internet haute vitesse à quelque 5000 clients à Rustico, Souris et Tignish.

Le plan annoncé sur trois ans par le gouvernement libéral de Wade MacLauchlan en 2019 a déjà été revu sur un horizon de cinq ans par les progressistes-conservateurs de Dennis King.

Pendant 12 ans, il y a des promesses qui n'ont pas été tenues. Ça va être un défi.

Matthew MacKay, ministre du Développement économique de l'Île-du-Prince-Édouard

La pandémie de COVID-19 a aussi révélé d'autres zones à l'Île-du-Prince-Édouard où l'accès à Internet haute vitesse fait défaut, reconnaît Matthew MacKay. Des cartes sont en train d'être produites. Nous cherchons à savoir à quoi [ces zones] ressemblent, combien de personnes sont touchées et ce que nous pouvons faire à court terme pour leur fournir un service.

Peter Bevan-Baker exhorte le gouvernement à renégocier ses ententes avec Bell et Xplornet dans le but d'accélérer le plus possible les branchements.

En plus de revoir les critères d'admissibilité du fonds d'aide pour les fournisseurs locaux, le ministre du Développement économique dit que la province cherche aussi à obtenir d'Ottawa des fonds supplémentaires afin d'ériger des tours de transmission qui pourraient être utilisées par de plus petits fournisseurs dans des régions mal desservies.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Île-du-Prince-Édouard

Internet