•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les enfants de retour au Patro de Jonquière

Des enfants et des parents attendent en file indienne.

Il y avait foule à proximité du Patro de Jonquière lundi matin.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le Patro de Jonquière a repris vie lundi matin. Des enfants ont recommencé à fréquenter le camp de jour de ce centre communautaire.

Ils sont toutefois nettement moins nombreux qu'à l'habitude. Pendant l’été 2019, le Patro de Jonquière avait accueilli quelque 900 enfants.

Or, cette année, il va en recevoir un peu moins de 350.

Cette baisse marquée de l’achalandage est directement liée à la crise du coronavirus, et plus spécifiquement à la nécessité de respecter dans tous les camps de jour du Québec le désormais célèbre principe de la distanciation physique.

Selon le directeur général du Patro de Jonquière, Yannick Gagnon, l’imposition de cette règle entraîne une série de défis.

Pour les moniteurs, ça représente vraiment un changement des méthodes de travail, a-t-il observé.

Ils doivent notamment adopter d’autres façons de faire pour consoler les enfants ou encore pour les soigner lorsqu’ils se blessent.

Le directeur général du Patro de Jonquière, Yannick Gagnon, accorde une entrevue dans un studio de Radio-Canada.

Le directeur général du Patro de Jonquière, Yannick Gagnon

Photo : Radio-Canada

Pour déterminer les solutions à préconiser dans de pareilles circonstances, des acteurs travaillant dans le milieu de l’éducation ou dans des centres de la petite enfance ont été consultés.

S’il faut en croire M. Gagnon, il y a eu une bonne collaboration de la part de ces partenaires.

De plus, les autorités de la santé publique ont fourni des directives précises aux responsables des camps de jour du Québec.

C’est clair. On se base totalement sur ce qui est écrit, a assuré Yannick Gagnon.

De toute évidence, l’attitude prudente adoptée par le directeur général et les moniteurs du Patro de Jonquière a eu un effet apaisant sur bien des parents.

On est en pleine confiance, a lancé une mère de famille croisée sur place.

Je suis content des efforts pour assurer la sécurité des enfants, a ajouté un père venu reconduire sa progéniture au camp de jour.

Les réactions des principaux intéressés

Les enfants rencontrés à proximité du Patro de Jonquière semblaient enthousiastes et prêts à respecter les directives en vigueur pour assurer leur sécurité.

On va connaître du nouveau monde, a souligné une fillette, visiblement ravie.

On va suivre les règlements, a promis une autre petite participante au camp de jour.

Même si un tel engagement ravit assurément M. Gagnon, il a jugé bon de faire une petite précision.

Il y a des mesures, c’est certain. Cependant, le défi, c’est que les enfants aient du plaisir. C’est encore la base, a-t-il conclu.

À consulter aussi :

Les camps de jour reprennent

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Enfance