•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les fidèles de retour dans leurs églises

Affiche avec consigne de distanciation sociale sur un lutrin, bien en vue. À droite, trois rangées de lampions. En arrière-plan, bancs d'église vides.

Les fidèles doivent respecter les consignes pour assister à la messe de façon sécuritaire,

Photo : Radio-Canada / Catherine Bouchard

Radio-Canada

Plusieurs fidèles du diocèse de Trois-Rivières ont profité de la réouverture des églises pour assister aux messes qui se tenaient, dimanche, au sanctuaire Notre-Dame-du-Cap et à la Cathédrale de l'Assomption.

Les croyants de la région, mais aussi en provenance d’autres régions du Québec, ont assisté à la première messe depuis le déconfinement au sanctuaire de Cap-de-la-Madeleine.

Trois salles y avaient été aménagées pour accueillir le plus de gens possible. Chacune d'elles pouvaient accueillir un maximum de 130 visiteurs.

En matinée, le manque de place a forcé certaines personnes à écouter la messe à l’extérieur grâce à un système audio.

Les gens sur place devaient respecter les consignes de mise. Par exemple, les personnes en file pour communier devaient se tenir à deux mètres de distance les uns des autres.

Il fallait avoir des indications très claires sur le sol, des espaces à chaque deux mètres et un banc sur deux était fermé, note le recteur du sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, Mgr Pierre-Olivier Tremblay.

Plusieurs fidèles assistent à une messe en respectant deux mètres entre chacun sur les bancs.

Les fidèles ont réintégré la basilique du sanctuaire Notre-Dame-du-Cap dimanche, en respectant les consignes sanitaires de mise, dont la distanciation sociale.

Photo : Radio-Canada / Catherine Bouchard

Pour l’instant, quelques églises seulement ont rouvert leurs portes dans la région. Outre le sanctuaire Notre-Dame-du-Cap et la Cathédrale de l’Assomption à Trois-Rivières, l’église de Notre-Dame-du-Mont-Carmel, ainsi que les églises Saint-André et Saint-Sauveur, à Shawinigan, ont aussi repris leurs activités. D'autres églises du diocèse feront de même la semaine prochaine.

Problèmes financiers

La réouverture apportera son lot de défis pour plusieurs églises de la région. Le confinement des fidèles en raison de la pandémie a eu pour effet d’aggraver la situation financière déjà fragile de certains établissements.

René Beaudoin, président des deux fabriques de la MRC des Chenaux, en a fait le constat.

Nos analyses financières nous disaient qu’on en avait certainement pour de 3 à 5 ans, dit-il, mais avec la pandémie, on vient d’être réduit à (un délai de) un à trois ans.

Le recteur du sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, Mgr Pierre-Olivier Tremblay, observe aussi que la situation est précaire.

On vit des dons des gens qui allument des lampions ou qui donnent à la quête. Grosso modo, c’est ce qui fait vivre le sanctuaire, dit-il. On s’est retrouvé donc tout d’un coup, pendant trois mois avec presque rien. Financièrement, ça a été très difficile et ça va continuer de l'être.

Selon les informations de Catherine Bouchard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Croyances et religions