•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois surdoses mortelles à Timmins en 24 heures

Objets servant à l'injection d'opioïdes.

Plusieurs bureaux de santé publique notent une hausse du nombre de surdoses depuis le début de la crise sanitaire.

Photo : Getty Images / Brendan Smialowski

Radio-Canada

Selon un communiqué publié dimanche en début de soirée, le Service de police de Timmins a répondu à huit surdoses d’opioïdes en 24 heures, dont 3 mortelles.

Les policiers ont administré les premiers soins immédiats aux huit personnes. Parmi elles, cinq ont pu être réanimées par les ambulanciers.

Le service de police de Timmins a jugé nécessaire de publier un avis public exhortant vivement tous les citoyens à garder à l’esprit que certaines substances circulant actuellement à Timmins peuvent être mortelles si elles sont consommées, peut-on lire dans le communiqué.

C'est une cause d'inquiétude pour nos agents, a affirmé Marc Depatie, porte-parole de la police de Timmins, en entrevue lundi à l'émission Le matin du Nord.

Nos enquêteurs utilisent tous les moyens pour trouver ceux qui font la distribution de drogues, a-t-il ajouté.

Le Service de police de Timmins ajoute avoir consulté ses partenaires communautaires de la stratégie antidrogue, dont le Bureau de santé Porcupine, avant de publier son communiqué.

Le groupe de travail sur les interventions d’urgence liées aux opioïdes, qui avait lancé une alerte à la fin avril après avoir constaté une hausse du nombre de surdoses dans le district de Cochrane, a de nouveau appelé à la vigilance du public vendredi dernier.

Ces morts surviennent alors que le bureau de santé publique Porcupine note une hausse des surdoses depuis plus d'un mois.

L'infirmière en santé publique Marie-France Caron-Bruneau, affirme que l'augmentation est probablement liée en partie à la crise sanitaire. Je pense qu'il y a beaucoup de facteurs qui entrent en jeu.

Elle ajoute que la prévention est la clé dans la lutte contre les surdoses.

On encourage tout le monde d'en parler, avec leurs enfants, avec leurs parents, avec n'importe qui qui a déjà utilisé des drogues.

Marie-France Caron-Bruneau, infirmière en santé publique et coordonnatrice du programme de réduction des méfaits

Mme Caron-Bruneau rappelle que des trousses de naloxone, le médicament qui peut bloquer temporairement les effets des opioïdes, sont disponibles dans tous ses bureaux et dans les pharmacies du district.

Deux trousses de naloxone

Les trousses de naloxone sont offertes sous forme injectable ou en vaporisateur.

Photo : Radio-Canada / Fanny Lachance-Paquette

Marc Depatie a rappelé de son côté à tous les citoyens que la Loi sur les bons samaritains secourant les victimes de surdose protège les personnes qui apportent leur aide.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Crise des opioïdes