•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toronto pourrait rendre le port du masque obligatoire

Des masques de différentes couleurs dans une vitrine.

Des masques en vente dans une boutique à Toronto.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Radio-Canada

Le conseil municipal de Toronto doit débattre lundi de la possibilité de rendre le port du masque obligatoire dans les magasins et dans les endroits publics intérieurs.

Le maire John Tory admet qu'il peut être « inconfortable » de porter un masque.

Il ajoute toutefois en entrevue au réseau CP24 que personne ne peut savoir hors de tout doute s'il est porteur du coronavirus, parce que certaines personnes infectées n'ont pas de symptômes, d'où l'utilité du masque.

Le maire Tory doit aussi discuter de la question lundi avec les autres maires du Grand Toronto lors d'une réunion téléphonique, y compris la mairesse de Mississauga Bonnie Crombie et le maire de Brampton Patrick Brown.

Il reste à voir si les contrevenants seraient passibles d'une amende ou seulement d'un avertissement.

La Commission des transports de Toronto (CTT) obligera à partir du 2 juillet les usagers à porter un couvre-visage dans les transports publics, mais n'impose pas d'amende à ceux qui ne respectent pas la consigne et exempte les enfants de moins de 2 ans et les personnes ne pouvant porter un masque à cause d'un problème médical.

Obligatoire à Kingston et à Windsor

Le port du masque est obligatoire à l'intérieur des commerces de certaines régions de la province comme Kingston et Windsor.

À Windsor, les commerçants ont reçu la directive de refuser l'entrée à tout client qui n'a pas un couvre-visage. À Kingston, après une période d'adaptation cette semaine, les magasins qui ne feront pas appliquer le règlement seront passibles d'une amende pouvant atteindre 5000 $.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !