•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Semaine de manifestations pour des employés du CIUSSS de l’Estrie-CHUS

Une jeune femme noire ramène chez lui un homme âgé en fauteuil roulant.

Une préposée aux bénéficiaires et un aîné en fauteuil roulant.

Photo : Getty Images

Radio-Canada

Des employés du réseau de la santé estrien amorcent une série de manifestations pour dénoncer leurs conditions de travail.

La première manifestation a lieu lundi matin à l’hôpital de Lac-Mégantic. Ce sont les employés affiliés au Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), qui représentent 5000 travailleurs du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, qui participent à ces actions. Parmi eux se trouvent des préposés aux bénéficiaires, des assistants en réadaptation et des auxiliaires de service de santé et sociaux, entre autres.

Selon le communiqué du syndicat, le manque de personnel a fait des ravages au cours des dernières années, après quoi la pandémie de COVID-19 a encore aggravé la situation.

Pour le conseiller syndical Éric Bergeron, la pandémie ne fait que révéler des problèmes existants : depuis des années, c’est pas juste avec la COVID, les usagers n’ont pas les soins qu’ils devraient avoir. Le bain hebdomadaire n’est pas toujours respecté, les gens mangent froid…

Ce que le SCFP demande d’abord, ce sont des règlements dans les dossiers d’équité salariale. Le syndicat souhaiterait aussi que les primes mises en place pour les travailleurs dans les CHSLD lors de la pandémie soient bonifiées et éventuellement transformées en augmentation salariale. 

Leurs requêtes portent aussi sur l’amélioration des conditions de travail, qui doivent être revues pour s’assurer l’attraction et la rétention de la main-d’oeuvre. 

Ici au CHU-Fleurimont et à l’Hôtel-Dieu, on n’a plus de frigoriste. Les gens ont quitté pour des meilleures rémunérations ailleurs, chez d’autres employeurs. C’est un type d’emploi qu’on n’arrive pas à attirer, explique  Éric Bergeron.

Une deuxième manifestation aura lieu le mardi 30 juin au pavillon Saint-Vincent de Sherbrooke, puis une troisième action se tiendra le jeudi 2 juillet à l’hôpital de Granby.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Syndicalisme