•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éclosion de COVID-19 à Kingston : Inquiétude dans les salons d’esthétique d'Ottawa

Deux femmes qui portent des masques reçoivent des soins de pieds dans un salon d'Ottawa.

Les salons qui offrent des soins personnels dont les pédicures ont été autorisés à ouvrir leurs portes le 24 juin dernier, en Ontario (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

À Ottawa, les propriétaires de salon de manucure craignent que les éclosions de COVID-19 dans deux salons de Kingston ne nuisent à leur image.

Un employé d'un deuxième salon d'esthétique de Kingston a contracté la COVID-19, c'estle deuxième salon de manucure touché dans la ville en quelques jours. Dans le premier, 21 personnes ont contracté le virus.

Dans son salon d'esthétique d'Ottawa, Susan Nguyen accueille ses clientes avec un masque et des gants. Elle a aussi tout réaménagé pour être certaine de respecter les règles sanitaires.

Dans son salon, on retrouve, entre autres, des panneaux de plexiglas entre les clientes qui portent toutes un masque.

Je m'inquiète, mais si on fait les choses bien, si on protège nos clientes, tout va bien se passer.

Susan Nguyen, du salon d'esthétique High Definition Nails and Spa

Quand elle a entendu les nouvelles concernant l'éclosion de COVID-19 dans un salon de manucure de Kingston, elle dit avoir eu peur.

Une femme sourit devant un micro de Radio-Canada. Derrière elle, une bannière indique l'emplacement où elle se trouve : le High Defenition Spa à Ottawa.

Susan Nguyen est l'une des responsables du salon High Definition Nails and Spa, situé à Ottawa.

Photo : Radio-Canada

Depuis quelques jours, la gérante remarque une baisse du nombre de rendez-vous, mais il est difficile de dire si elle est directement liée à l'éclosion récente.

Le maire de la ville de Kingston, Bryan Paterson, a expliqué que les salons où il y a eu une éclosion de COVID-19 ne respectaient pas les règles sanitaires.

Il y avait des problèmes, explique-t-il. À commencer par le fait que certains employés se sont présentés au boulot malgré leurs symptômes.

Pour sa part, MeryAnn Jamil a ouvert son salon en 2016 sur l'avenue Bronson. Elle indique que d’imposer de strictes mesures d’hygiène et d’instaurer une bonne communication avec la clientèle devrait éviter bien des problèmes.

Une femme à la robe dorée pose les mains jointes devant l'entrée de son spa.

MeryAnn Jamil est propriétaire du salon MeryAnn's Spa dans le quartier chinois d'Ottawa.

Photo : Radio-Canada

Mes clients se sentent à l'aise, assure-t-elle. Les deux propriétaires espèrent que la situation de Kingston ne donnera pas une mauvaise presse à toute la profession.

Avec les informations de Fiona Collienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Santé publique