•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Victoriavilloise immunosupprimée est toujours coincée en Équateur

Josée Trudel regarde la caméra.

Josée Trudel, une Victoriavilloise immunosupprimée est coincée en Équateur.

Photo : Josée Trudel

Radio-Canada

Josée Trudel, qui vit à Victoriaville, est coincée en Équateur depuis le début de la pandémie. Elle lance un cri du cœur afin d’obtenir de l’aide pour revenir au pays.

La situation de Josée Trudel est encore plus délicate parce qu'elle est immunosupprimée, ce qui la rend très vulnérable à la pandémie.

Elle a déjà dû débourser près de 1000 dollars pour recevoir ses médicaments en Équateur depuis le début de la crise sanitaire. Elle s’inquiète puisque son ordonnance prend fin dans deux semaines.

Elle demande l'aide d'Ottawa pour revenir au pays rapidement.

Dans mon cas, c'est urgent, j'ai besoin de ma médication, sinon, je repars en maladie de Crohn et les dangers sont quand même assez grands.

Josée Trudel, résidente de Victoriaville coincée en Équateur

Coincée en plein cœur de l’Équateur

Le retour de Josée Trudel est toutefois très difficile, puisqu’elle se trouve en plein cœur du pays, à Banos de Santa Agua, à plusieurs heures d’un aéroport.

Les déplacements demeurent difficiles en Équateur en raison du confinement, qui est toujours en vigueur.

Pour entendre une entrevue avec Josée Trudel à l'émission 360 PM, cliquez ici.

La crise, elle continue ici. Ce n’est pas le déconfinement total, tout est fermé. On est rendu que pour passer à l'aéroport, il faut avoir un test négatif de COVID-19 pris dans les 72 heures précédentes. On ne peut pas faire ça comme ça. C'est très difficile de se déplacer, on est à des distances faramineuses, décrit Josée Trudel.

À cela s'ajoute le défi de trouver un vol qui pourra la ramener au pays. Josée Trudel n'a pas réussi à avoir une place sur les vols de rapatriement qui ont été offerts par le Canada en mars. Depuis, les vols qui sont disponibles sont hors de prix et plusieurs d'entre eux sont tout simplement annulés, souligne Josée Trudel.

Des montagnes et des bâtiments en Équateur.

Josée Trudel est coincée en plein cœur d'un petit village de l'Équateur.

Photo : Josée Trudel

Maintenant, elle tente d'obtenir l'aide du Canada pour le rapatriement, mais ses démarches demeurent infructueuses... Je ne comprends pas que rien ne soit fait pour l’aider. Il y a eu des vols de rapatriement en mars et depuis ce temps là, plus rien, souligne Emmy Rose Bishop.

Sa fille Emmy Rose s’est tournée vers le député de Richmond Arthabaska, Alain Rayes, pour tenter de trouver une solution.

L’attaché politique du député affirme avoir transmis toutes les informations liées à la situation de Josée Trudel au ministère des Affaires étrangères. Le ministère devra maintenant évaluer comment il sera possible de l'aider à revenir au pays.

Campagne de sociofinancement

La famille de Josée Trudel a décidé d’organiser une campagne de sociofinancement pour lui venir en aide. Les fonds amassés pourront l'aider à payer le coût de son billet d'avion et de sa médication. Déjà près de 5000 dollars ont été récoltés sur un objectif de 8000 dollars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !