•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moins de vol dans les magasins d'alcool depuis l'arrivée des lecteurs de cartes d'identité

Un permis de conduire est scanné par un dispositif à l'entrée d'un magasin Ace Liquor à Edmonton.

Présent à l'entrée du magasin, ce dispositif analyse le code-barres au verso d'un permis de conduite pour déverrouiller la porte.

Photo : Radio-Canada / Richard Marion

L’utilisation des lecteurs de carte d’identité dans certains magasins d’alcool à Edmonton aurait permis de réduire les vols, selon le groupe Alcanna, plus grand détaillant d’alcool de l’Alberta. L'Association des magasins d'alcools de la province avertie toutefois que l’usage seul de la technologie peut s'avérer insuffisant pour réduire le brigandage.

La criminalité a considérablement été réduite au niveau des vols à l’étalage et des cambriolages, a déclaré le président du groupe Alcanna, James Burns.

Les vols étaient considérables.

James Burns, président du groupe Alcanna

Les statistiques de la police d’Edmonton ont confirmé le constat de James Burns, notant une diminution de 91 % des vols d’alcool aux trois endroits grâce aux lecteurs installés.

En janvier dernier, le groupe qui possède les magasins Liquor Depot, Ace Liquor et Wine and Beyond, a installé des lecteurs de carte d’identité dans trois de ses magasins d’alcool d’Edmonton à la suite d’une augmentation du nombre de vols dans les magasins d’alcool de l’Alberta au cours des 18 mois précédents.

Comme dans de nombreux bars et discothèques au pays, les clients de Ace Liquor, dans le nord-est de la ville, ont dû présenter leur pièce d’identité au lecteur pour déverrouiller les portes du commerce durant le projet pilote.

Après avoir été obtenues grâce au lecteur, les données personnelles des clients sont stockées pendant 90 jours sur les serveurs de la compagnie PatronScan et seule la police peut y avoir accès, dans le cadre d'une enquête.

Lecteurs de carte et vie privée

Le président du groupe Alcanna indique que la compagnie a l’intention d’inclure plus de magasins dans son projet pilote lorsque celui-ci reprendra.

Il a été suspendu en attendant les résultats d’une enquête du Commissariat à l'information et à la vie privée de l'Alberta visant à s’assurer que la technologie s’accorde avec la loi sur la protection des renseignements personnels.

La meilleure chose à faire est d’attendre que cela soit examiné, explique M. Burns.

Le bureau du commissaire à l'information et à la vie privée de l'Alberta a déclaré à CBC News que l'enquête se poursuit et qu'un rapport public sera publié cet été.

Trop tôt pour conclure, selon l’ALSA

La présidente de l'Association des magasins d'alcools de l'Alberta, Ivonne Martinez, croit que la réduction du nombre de vols est encourageante, mais qu’il est trop tôt pour tirer des conclusions.

Les restrictions liées à la COVID-19 peuvent avoir joué un rôle dans la modification du comportement des gens.

Ivonne Martinez, présidente de l'Association des magasins d'alcools de l'Alberta

Cela a changé la façon dont les choses se passent. Nous devons simplement faire attention lorsque nous affirmons que les vols ont diminué à un moment qui est anormal, précise-t-elle.

Elle indique que la possibilité d'étendre le programme une fois que l’association aura reçu les directives du commissaire à l'information et à la vie privée n’est pas écartée.

James Burns reconnaît que le constat actuel est anecdotique.

Le fait que davantage de magasins participent au programme aidera à déterminer si les lecteurs de pièces d'identité réduisent globalement les vols de magasins d'alcools, appuie-t-il.

Peut-être que tout ce que nous avons fait, c’est de pousser les criminels à aller ailleurs.

James Burns, président du groupe Alcanna

Groupe de travail sur la question

Pour Ivonne Martinez, qui siège sur groupe de travail provincial chargé d'examiner le problème, le seul usage des lecteurs de carte d’identité ne sera pas suffisant pour réduire le nombre de vols.

Elle croit que la démarche devrait être plus approfondie. Je ne pense pas que nous résoudrons ce problème si nous ne le considérons que dans une seule dimension. Nous devons rassembler toutes les parties prenantes, note-t-elle.

Selon le président du groupe de travail, le député Brad Rutherford, celui-ci a presque terminé son travail et soumettra bientôt ses recommandations au ministère de la Justice de l’Alberta.

Les recommandations porteront sur la prévention, la réponse policière et l'appui dont peut bénéficier le service des poursuites, précise-t-il.

James Burns espère que la collaboration entre les acteurs de l’industrie, le gouvernement et la police mènera à un environnement de travail plus sûr pour ses employés.

Avec les informations de Josée St-Onge

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Vol