•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Falaise de Sillery : la Ville tiendra une séance d'information sur le glyphosate

La rencontre virtuelle sur le logiciel Zoom ne sera accessible que sur invitation et à l'abri des médias.

Une affiche anti-Roundup à Québec

Des citoyens ont installé des affiches le long du sentier de la falaise afin d'avertir les marcheurs de l'épandage de Roundup.

Photo : Radio-Canada / Marc Andre Turgeon

La Ville de Québec a discrètement organisé une rencontre d'information en ligne avec quelques résidents inquiets par l'épandage de l'herbicide Roundup près du sentier de la falaise, sur les grands domaines de Sillery.

La rencontre virtuelle, sur invitation seulement, doit avoir lieu mardi soir à 19 h. Selon le peu d'informations obtenues d'une porte-parole de la Ville de Québec, des élus ont demandé à ce qu'un dialogue s'ouvre avec les citoyens sur l'utilisation de l'herbicide controversé.

Les participants ciblés par la Ville semblent avoir reçu leur invitation vendredi après-midi.

Vous êtes invité à une rencontre en ligne au sujet de l’utilisation du glyphosate dans le cadre des travaux de réaménagement du sentier des Grands-Domaines-de-Sillery. Des représentants de la Ville seront présents pour faire le point sur le sujet et pour répondre à vos questions, peut-on lire dans le message envoyé par la Ville, que Radio-Canada a pu consulter.

Seuls des citoyens qui ont interpellé la Ville à ce sujet ainsi que les membres du conseil de quartier de Sillery et du comité de suivi du PPU Sillery, pourront y participer, est-il précisé dans cette invitation.

La rencontre n'est donc pas complètement publique. Contactée par Radio-Canada, la Ville a fait savoir qu'elle ne prévoyait pas en donner l'accès aux journalistes.

Pas encore épandu

Il y a deux semaines, la Ville indiquait que l'épandage du Roundup aurait lieu prochainement. Des citoyens avaient même compris qu'il serait appliqué dans la semaine du 15 juin ou la suivante. Or le produit n'a pas encore été pulvérisé sur la surface de 5000 m2 visée par l'opération.

Il n'a pas été possible de valider, dimanche, si les travaux ont été reportés en raison des inquiétudes citoyennes.

Des citoyens dénoncent en effet que le Roundup soit encore utilisé par la Ville, alors que d'autres administrations, comme celle de Montréal, sont en voie de le bannir.

Lieu de coupe de plantes envahissantes

Différentes plantes nuisibles ont été coupées en prévision de l'épandage de glyphosate, sur le sentier de la falaise de Sillery.

Photo : Radio-Canada / David Rémillard

La Ville de Québec s'est pour sa part justifiée en affirmant que le Roundup était le seul moyen d'éliminer certaines plantes nuisibles sans compromettre la santé des humains. L'usage de Roundup est limité dans les cas exceptionnels d'infestation de la berce du Caucase, de l'herbe à poux, de l'herbe à puce ou de la renouée du Japon, expliquait le porte-parole David O'Brien.

Dans les cas des travaux de la phase 1 du sentier public, dont la livraison est prévue l'an prochain après un investissement de 3 millions $, des colonies d'herbe à puce, notamment, présentent des risques pour les travailleurs.

Effets nocifs?

À base de glyphosate, un puissant herbicide non sélectif, le Roundup est le plus utilisé des herbicides sur la planète (Nouvelle fenêtre). Il est largement répandu en agriculture, combiné aux cultures génétiquement modifiées, et est encore utilisé pour certains usages domestiques.

Toutefois, ses effets potentiellement nocifs sur la santé continuent d'alimenter la crainte à travers le monde. Aux États-Unis, la multinationale Bayer-Monsanto doit payer des milliards de dollars à des citoyens américains à la suite de recours judiciaires. Les plaignants estiment que leurs problèmes de santé, dont des cancers, sont liés à l'exposition au glyphosate.

Pulvérisation d'herbicide dans un champ de plantes de couverture.

Le glyphosate est l’herbicide numéro 1 au Canada et dans le monde.

Photo : Radio-Canada

En 2015, l'Organisation mondiale de la santé a classé le glyphosate comme agent cancérogène probable pour les humains. Depuis, des pays comme l'Italie et la France en ont restreint l'usage dans les lieux publics, notamment.

Au Canada, le produit est toujours légal. Santé Canada a établi en 2017 et en 2019 qu'il était sans danger s'il était utilisé et étiqueté de manière appropriée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !