•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Timide retour des touristes dans le Vieux-Québec

Le reportage d'Alexane Drolet

Photo : Radio-Canada

Les touristes reviennent timidement dans les rues du Vieux-Québec, en moins grand nombre que l’an dernier et avec moins de fuseaux horaires traversés. La plupart des visiteurs croisés samedi avaient fait le voyage... depuis Montréal.

Quelques accents étrangers résonnent en ville, mais c’est majoritairement un français bien d’ici qui retentit.

D’où venez-vous?

De Mauricie. On s’est dit que ce serait l’occasion idéale d’avoir le Vieux-Québec juste pour nous.

De Montréal. Pour moi, Québec, c'est au même niveau que les ''cascades'' de Niagara : il faut la visiter, cette ville magnifique!

On vient de l’endroit pestiféré : Montréal! Nous sommes venus voir l’exposition de Frida.

Le Petit-Champlain était bien moins achalandé que d’habitude lors du passage de Radio-Canada. Les touristes présents, toutefois, ne regrettaient pas nécessairement ce silence.

Deux marcheuses dans la rue principale du Petit-Champlain

La foule habituelle dans le Petit-Champlain n'est pas au rendez-vous malgré le retour des touristes.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

C’est vraiment beau, et beaucoup plus calme qu’à l’habitude, indique un Montréalais venu visiter un ami français.

C’est ma quatrième visite et c’est très, très calme, renchérit son amie. Mais ça permet de voir la ville sous un autre visage.

Dans les restaurants et les bars du cœur touristique de la capitale, la vie reprend, insufflée par une clientèle à la fois locale et internationale.

J’ai beaucoup de Canadiens anglais, quelques Européens des fois, dit Gabriel, barman dans un établissement du Petit-Champlain. C’est majoritairement des gens du Québec, d’autres régions, mais aussi du quartier.

Il nous reste de la place

Ce timide retour des touristes se traduit par une légère augmentation de l’occupation dans les hôtels.

Le compte demeure loin des étés normaux : en moyenne, à l'heure actuelle, à peine 10 % des chambres de la région hébergent des visiteurs, explique Marjolaine de Sa, directrice générale de l’Association hôtelière de la région de Québec.

À ce temps-ci de l’année, d’habitude, on va être aux alentours de 75 %. Au mois de juillet, ça monte aux alentours de 90 %.

Marjolaine de Sa, directrice générale de l'Association hôtelière de la région de Québec

On a encore de la place, précise-t-elle.

Le toit du Château Frontenac se découpe derrière les feuilles, sur un ciel gris

Malgré le retour des touristes, les hôtels sont largement vides dans la région.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

L’arrivée des touristes québécois dans la capitale nationale est toutefois de bon augure pour l’Office de tourisme de Québec, qui vient de lancer une campagne promotionnelle pour mousser l’attrait de la ville auprès les Québécois.

D’année en année, nous avions des performances touristiques record, souligne Jenna Dubé, conseillère aux relations publiques pour l’Office. C’est sûr que ce sera un peu différent cet été.

La capitale nationale, qui ciblait l’est du Québec dans ses efforts promotionnels des années précédentes, tentera cet été d’attirer l’ensemble de la province.

La rue Saint-Jean achalandée, avec une bannière indiquant la piétonnisation de l'artère.

La piétonnisation de la rue Saint-Jean aide les commerçants... et ravit les touristes en visite.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Voir autant de promeneurs venus de la métropole dans les rues du Vieux-Québec encourage l’Office de tourisme.

C’est vraiment réconfortant de voir des gens d’un peu partout, assure Jenna Dubé. Je pense que ça a vraiment donné le message que l’industrie touristique est relancée.

Avec les informations d'Alexane Drolet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Tourisme