•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation à Rouyn-Noranda contre le réforme du PEQ

Plusieurs étudiants ont manifesté à Rouyn-Noranda contre la nouvelle réforme du PEQ.

Plusieurs étudiants ont manifesté à Rouyn-Noranda contre la nouvelle réforme du PEQ.

Photo : Radio-Canada / Boualem Hadjouti

À Rouyn-Noranda, une trentaine de personnes ont manifesté samedi en fin de journée contre la réforme du Programme de l’expérience québécoise (PEQ).

Il s'agit d'un programme qui permet aux étudiants étrangers et aux travailleurs temporaires établis au Québec d'obtenir rapidement un Certificat de sélection en vue d'une résidence permanente.

La manifestation, qui s'est déroulée dans le calme et une ambiance bon enfant, a été organisée devant les locaux de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue.

Le collectif souhaite que la nouvelle ministre de l'Immigration du Québec, Nadine Girault, se penche sur la réforme et permette notamment des dérogations aux étudiants et travailleurs déjà établis dans la province.

C'est le cas de l'étudiant en doctorat génie minéral Youssef Toubri, arrivé au Québec en 2018 et qui a tout misé sur les avantages du PEQ.

Ce qui me dérange, c'est de changer les règles à mi-chemin.

Youssef Toubri

J'ai vraiment bâti tous mes plans futurs en prenant en considération les avantages que j'aurai en me référant au Programme de l'expérience québécoise, mais avec les modifications actuelles ça met beaucoup d'obstacles pour réussir à avoir le certificat de sélection du Québec, explique l'étudiant à l'UQAT.

Il demande au ministre de l'Immigration [la nouvelle ministre Nadine Girault] de respecter la promesse donnée à l'automne dernier, à savoir le droit acquis aux étudiants qui sont déjà présents ici et qui sont déjà intégrés dans la société québécoise.

La nouvelle réforme du PEQ annoncée par l'ancien ministre de l'Immigration Simon Jolin-Barrette impose aux étudiants une plus grande expérience de travail à temps plein et le délai de traitement des demandes passe de 20 jours à 6 mois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Politique provinciale