•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des nouveaux propriétaires pour la maison Bourgelas-Pelletier

La façade avant de la maison.

La maison Bourgelas-Pelletier a de nouveaux propriétaires.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Radio-Canada

La maison Bourgelas-Pelletier de La Pocatière, aussi connue sous le nom de Maison Richard, a de nouveaux propriétaires.

Dany St-Pierre et Nathalie Adams, deux entrepreneurs de la région, en ont fait officiellement l’acquisition la semaine dernière.

Les deux propriétaires se regardent en souriant, devant leur nouvelle maison.

Dany St-Pierre et Nathalie Adams sont les nouveaux propriétaires de la maison Bourgelas-Pelletier de La Pocatière.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

On est fous! Mais on aime les défis[...]. Là, on est allé visiter et on a eu un coup de cœur.

Nathalie Adams, nouvelle copropriétaire de la maison Bourgelas-Pelletier
Le côté de la maison, avec la galerie.

Parmi les travaux, la galerie sera à refaire.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

La maison Bourgelas-Pelletier aurait été reconstruite en 1760. C’est une des seules maisons du régime seigneurial encore debout au Kamouraska.

Moi je dis non, lui, il dit oui, on arrête la voiture, on passe par dessus la barrière, puis on a fait le tour de la maison, raconte Nathalie Adams. Et juste de faire le tour de la maison, je me suis assise sur l’escalier en arrière, puis j’ai dit oui, c’est ça! C’est vraiment ça!

Commerciale et résidentielle

Avec les nouveaux propriétaires, ce bâtiment à forte valeur historique sera transformé en bureaux ainsi qu’en habitation. Il s'agit des deux entreprises des nouveaux propriétaires : une spécialisée en électricité et l'autre en notariat.

Laissée à elle-même depuis plusieurs années, la maison ancestrale avait suscité l’inquiétude des citoyens de La Pocatière, qui avaient interpellé les élus lors d’un conseil municipal l’année dernière.

Le toit de la maison, un peu délabré.

Des travaux sont évalués à environ 50 000 $, rien que pour la première année.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Le couple d’entrepreneurs s’est donc donné le défi colossal de la remettre en état. Les travaux sont évalués à environ 50 000 $ pour la première année.

Le maire de La Pocatière Sylvain Hudon pense que la maison Bourgelas-Pelletier est entre bonnes mains. Je suis content que ce soit des entrepreneurs de la région et des environs, qui restent ici, qui vont rester, et qui vont avoir les deux bâtiments, lance Sylvain Hudon. C’est un maintien d’entreprise, chez nous.

Une maison remplie d’histoire

Nathalie Adams a découvert certaines légendes entourant la maison lorsqu’elle est allée fouiller dans les archives du bâtiment. Le meurtrier du Seigneur Taché de Kamouraska se serait arrêté ici à la maison en 1839 pour nettoyer les peaux de sa carriole, qui étaient tachées de sang, raconte-t-elle.

Même si la maison n’est pas officiellement reconnue comme monument historique, les acheteurs tiennent à garder son cachet ancestral, notamment, en mettant en valeur sa charpente d'origine. L’amélioration des lucarnes et de la galerie ainsi que le réaménagement de l’extérieur sont aussi prévus par les deux propriétaires.

L'intérieur de la maison Bourgelas-Pelletier.

Les acheteurs tiennent à garder le cachet ancestral de la maison en mettant en valeur sa charpente d'origine.

Photo : Dany St-Pierre

La fondation de la maison est là depuis 260 ans, la fenestration a été faite il y a une couple d’années. [...] La problématique était la couverture et le plafond du deuxième.

Dany St-Pierre, nouveau copropriétaire de la maison Bourgelas-Pelletier
Une salle de bain avec bain sur pattes et meubles de bois.

L'intérieur de la salle de bain de la maison Bourgelas-Pelletier.

Photo : Dany St-Pierre

L’inauguration officielle des bureaux de la maison Bourgelas-Pelletier aura lieu le 8 août prochain. Les terrains adjacents à la propriété, d’une superficie de 37 000 mètres carrés, pourraient éventuellement être eux aussi utilisés à des fins commerciales.

D’après le reportage de Jennifer Boudreau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Immobilier