•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enquête policière sur un graffiti raciste dans le métro de Toronto

Une femme s'adosse à un mur pendant qu'un métro passe devant elle.

Selon la CTT, le Service de police de Toronto enquête sur les origines d'un graffiti anti-Noirs à l'intérieur d'un wagon de métro à Toronto, vendredi après-midi.

Photo : Radio-Canada / Bruce Reeve/CBC

Radio-Canada

La police enquête après la découverte d'un graffiti anti-Noirs dans une rame de métro à Toronto, vendredi.

Selon la Commission de transport de Toronto (CTT), le graffiti raciste a été aperçu à l'intérieur d'un train de la ligne 2 à la station Broadview et a été signalé vendredi en fin d'après-midi.

Une femme, Dionne Samantha Callaghan, a déclaré en entrevue à CBC News qu'elle était la cible de ce graffiti. Elle affirme qu'une femme a griffonné un mot raciste près d'une fenêtre tout en gesticulant en sa direction.

« J'étais sur le chemin du retour, je travaille à l'hôpital. Je venais de m'asseoir [dans le métro]. Je faisais face à cette femme. Soudainement, elle me pointe, gesticule, semble parler. Je ne sais pas ce qui se passe, j'ai mes écouteurs dans les oreilles. Je l'ignore du mieux que je peux, mais je lis sur ses lèvres, elle dit un mot raciste en me pointant. Puis, elle prend un feutre des mains de son bébé et griffonne un mot sur un mur du train et me pointe du doigt. À ce point-ci, je décide de la photographier, et de m'assurer qu'elle comprenne que je prends une photo. Ensuite, les portes du métro s'ouvrent, elle prend son enfant et sort du métro. »

La version des faits de Mme Callaghan n'a pas été confirmée. La police a ouvert une enquête.

Le train a été mis hors service à son arrivée à la gare de Kipling environ une heure plus tard, précise le porte-parole de la CTT, Stuart Green.

Selon lui, la CTT considère cette affaire comme un crime haineux. M. Green a ajouté que son service a reçu deux appels de témoins et qu'un d'entre eux a offert une description de l'auteure du graffiti et que cette information a été relayée à la police de Toronto.

Le maire de la ville, John Tory, a réagi aux développements de la situation samedi après-midi. Ça ne reflète aucunement nos valeurs. Je suis très triste de le dire, mais le racisme envers les Noirs existe dans notre ville. Nous devons le combattre activement, a-t-il expliqué en entrevue à CBC News.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Société