•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le siège de la NASA prend le nom de Mary Jackson, première ingénieure afro-américaine

Portrait de Mary W. Jackson

Mary W. Jackson, photographiée en 1977 au centre de recherche de Langley de la NASA, deviendra la première femme ingénieure afro-américaine de l'agence spatiale.

Photo : The Associated Press / Robert Nye

Radio-Canada

Le siège de la NASA à Washington va être rebaptisé du nom de sa première ingénieure afro-américaine, Mary Jackson.

Mary W. Jackson a fait partie d’un groupe de femmes très importantes, qui ont aidé la NASA à envoyer des astronautes américains dans l’espace avec succès, a annoncé mercredi l’administrateur de l’agence spatiale américaine, Jim Bridenstine.

En 1958, Mary Jackson est devenue la première ingénieure aéronautique noire de l’agence spatiale. Elle est l’auteure de nombreuses études, notamment sur les vols supersoniques.

Diplômée en mathématiques et en sciences physiques, Mary Jackson a d’abord occupé divers postes comme professeure, réceptionniste, comptable et secrétaire.

Lorsqu’elle rejoint l’ancêtre de la NASA en 1951, c’est au sein d’un groupe de mathématiciennes afro-américaines, oeuvrant au centre de Langley.

Jusqu'en 1958, elle et ses collègues ont été victimes de ségrégation, obligées d’utiliser des bureaux, des salles de bain et des cafétérias séparées des personnes blanches. Leur histoire a inspiré le film Figures de l'ombre (Hidden Figures), sorti en 2016 et adapté d'un livre de Margot Lee Shetterly. Mary Jackson est interprétée par Janelle Monáe.

Lutte pour l'équité

Après avoir occupé son poste d'ingénieure jusqu'en 1979, Mary Jackson a quitté ses fonctions pour travailler en faveur de l’égalité des chances et pour la promotion des femmes au sein de la NASA, jusqu'à sa retraite en 1985.

Elle est décédée en février 2005, à l’âge de 83 ans.

Par cette nomination, le patron de l’agence spatiale s’est engagé à continuer à souligner les efforts de femmes, d’Afro-Américains et de personnes de tous horizons qui ont permis à la NASA d’écrire une histoire d’explorations réussies.

« Nous savons que beaucoup d'autres personnes de couleur et d'origines diverses ont contribué à notre succès, c'est pourquoi nous poursuivons les conversations entamées il y a environ un an avec la campagne « Unité » de l'agence. La NASA s'est engagée à faire progresser la diversité, et nous continuerons à prendre des mesures pour y parvenir », peut-on lire dans le communiqué.

Face à la pression de la rue et des réseaux sociaux, dans un contexte de manifestations historiques, de nombreuses entreprises et institutions américaines se sont plongées dans une vaste introspection sur la place faite à la population afro-américaine dans la société, la présence de racisme systémique et l'impact des inégalités ethno-raciales.

L’an dernier, la NASA avait déjà rebaptisé la rue desservant son siège Hidden Figures Way (Passage des Figures de l’ombre) en l’honneur des trois mathématiciennes noires (Mary Jackson, Katherine Johnson et Dorothy Vaughan) célébrées dans le film et dont le travail s’est avéré précieux dans la conquête spatiale américaine.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Espace

Science