•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le désherbage du rail gaspésien jugé trop polluant par des environnementalistes

Une portion du chemin de fer avec des mauvaises herbes .

Le désherbage du rail gaspésien aura lieu dès le 1er juillet.

Photo : Radio-Canada / Pierre Cotton

Radio-Canada

La Société de conservation ZICO de la Baie-de-Gaspé revient à la charge et demande à nouveau des moyens plus écologiques d’éliminer la végétation sur le rail gaspésien.

La Société du chemin de fer en Gaspésie (SCFG) utilise un herbicide à base de glyphosate, que l’Organisation mondiale de la santé a qualifié de génotoxique et probablement cancérigène en 2015, rappelle la présidente de la Société ZICO de la Baie-de-Gaspé, Margret Grenier.

Selon elle, ce produit n’a pas sa place en bordure des nombreuses rivières à saumon traversées par le rail.

En combinaison avec ça, [la SCFG utilise] de l’imazapyre [un acide utilisé dans des herbicides] qui est banni en Norvège depuis 2001 à cause de sa persistance et de la contamination de l’eau souterraine, souligne Margret Grenier.

La Société de conservation ZICO de la Baie-de-Gaspé réclame depuis 2012 des solutions de rechange à l’herbicide utilisé aux abords des rails en Gaspésie. Elle pense notamment à l’utilisation de vapeur très chaude ou encore l’installation de toiles géotextiles à des endroits stratégiques, deux méthodes déjà utilisées en Europe.

Trop risqué selon la SCFG

De son côté, la SCFG affirme avoir déjà tenté une méthode moins polluante pour éliminer la végétation envahissante, soit en l'aspergeant d’eau salée, mais les résultats s’étaient avérés désastreux, selon son président, Éric Dubé.

Il rappelle que les passages à niveau s’étaient alors corrodés, que les feux d’avertissement ne fonctionnaient plus adéquatement et que VIA Rail avait interrompu son service.

La SCFG ne veut plus courir ce risque,elle qui avait dû se placer sous la protection de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité peu après.

Nous, ce qu’on fait : on applique quelque chose qu’on a une autorisation du ministère de l’Environnement, on l’applique selon les normes reconnues au Canada, martèle Éric Dubé.

On ne peut pas se permettre d’être des cobayes ou d’expérimenter de nouvelles techniques sur des propositions.

Éric Dubé, président de la Société du chemin de fer en Gaspésie

Éric Dubé ajoute que la SCFG diminue graduellement sa quantité de pesticides depuis les six dernières années.

L’épandage des herbicides entre Matapédia et Gaspé aura lieu pendant un mois à partir du 1er juillet. Les endroits précis restent à déterminer, indique la SCFG.

Le gouvernement du Québec, qui est propriétaire du rail, ne remet pas en question la façon de contrôler la végétation envahissante.

D’après un reportage de Pierre Cotton.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Environnement