•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le réalisateur Kirill Serebrennikov condamné pour fraude, mais laissé en liberté

Kirill Serebrennikov fait un signe de victoire avec la main droite au Festival de Cannes, en 2016.

Le réalisateur russe Kirill Serebrennikov a été reconnu coupable de détournement de fonds.

Photo : AFP/Getty Images / ANNE-CHRISTINE POUJOULAT

Agence France-Presse

Le réalisateur et metteur en scène russe Kirill Serebrennikov a été condamné vendredi, à Moscou, à une peine de trois ans de prison avec sursis pour détournement de fonds, dans une affaire jugée politique par les personnes qui le soutiennent.

Bien que reconnu coupable, Serebrennikov n’ira donc pas en prison. La réhabilitation de Serebrennikov est possible sans peine réelle, a indiqué la juge Olessya Mendeleïeva, qui lui a par ailleurs infligé une interdiction de diriger tout organisme culturel, une amende et trois années de mise à l'épreuve.

Sans commentaire, a dit le principal intéressé à l'issue de la lecture du jugement. Il a passé toute la journée le visage couvert d'un masque de protection noir en raison de l'épidémie de COVID-19.

Le parquet avait requis six ans de prison ferme. La juge a considéré que le réalisateur et metteur en scène, célébré notamment pour son film Leto et ses opéras, s'était rendu coupable d'avoir détourné des subventions à des fins d'enrichissement personnel à hauteur d'environ 129 millions de roubles (un peu plus de 2,5 millions de dollars canadiens).

Deux autres accusés dans cette affaire, Iouri Itine et Konstantin Malobrodski, ont été condamnés à des peines avec sursis de deux et trois ans respectivement.

Une quatrième accusée, Sofia Apfelbaum, a reçu une amende qu'elle n'aura pas à payer, car couverte par la prescription. Elle a fondu en larmes à l'énoncé de la sanction.

Des centaines de personnes qui soutiennent le réalisateur, réunies devant le tribunal Mechtchanski de la capitale russe, ont réagi par des applaudissements, elles qui craignaient une lourde peine d'emprisonnement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Cinéma

Arts