•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Négocier l’apaisement entre pêcheurs sur la rivière Moisie

La rivière Moisie vue des airs

La rivière Moisie est le théâtre de tensions depuis quelques semaines (archives).

Photo : Radio-Canada

Alors que le barrage de la route qui mène aux installations de l'Association pour la protection de la rivière Moisie (APRM) est toujours en place, l'organisation répond aux événements des dernières semaines dans un communiqué. De son côté, le conseil de bande de Uashat mak Mani-utenam souhaite discuter directement avec les membres du Club Adams, le club de pêche privé qui possède le territoire au cœur du conflit.

Un communiqué de l’APRM bien accueilli par le conseil de bande

En réaction au climat de tension, l'APRM a publié un communiqué vendredi. Elle y indique travailler à une politique de tolérance zéro face à l’intimidation et au racisme.

L’association a également tenu à apporter des précisions concernant les droits de pêche des Innus.

Bien que ce ne soit pas de leur ressort, l’APRM comprend que les Innus revendiquent des droits ancestraux sur la rivière Moisie qu’il nomme la Mishta-Shipu, notamment des droits de pêche. En outre, l'APRM, qui gère aussi la ZEC et le secteur Winthrop-Campbell, tient à préciser que les pêcheurs innus y payent leurs droits d'accès, comme les autres pêcheurs, par le biais d’ententes avec le conseil de bande, peut-on lire dans le communiqué.

Le conseiller de Uashat mak Mani-utenam Kenny Régis dit apprécier la très bonne communication avec l’APRM, qui, dit-il, a consulté le conseil de bande avant la publication du communiqué.

M. Régis dit toutefois encore attendre la confirmation de l’exclusion du membre du conseil d’administration de l’APRM impliqué dans une confrontation avec des pêcheurs innus qui s’est soldée par l’intervention des policiers.

Les Innus veulent rencontrer les dirigeants du Club Adams

Le conseil de bande de Uashat mak Mani-utenam a envoyé une lettre officielle à l’un des propriétaires du Club Adams ainsi qu’aux gouvernements du Québec et du Canada pour demander une rencontre officielle. Il ne cache pas son objectif : reprendre le contrôle de la section prisée de la rivière Moisie présentement entre les mains du club privé.

On sait très bien qu’on veut la totalité de la rivière. Maintenant, on veut que ça se règle, lance Kenny Régis, conseiller au conseil de bande de Uashat mak Mani-utenam.

Il explique que le conseil a envoyé une lettre à l’un des actionnaires du club, ainsi qu’aux gouvernements provincial et fédéral pour demander une rencontre.

Kenny Régis affirme que l’avocat du Club Adams, Bernard Lynch, a confirmé avoir transmis la lettre à son client.

L'avocat, qui représente le Club Adams dans sa relation avec les Innus, a toutefois indiqué à Radio-Canada qu’aucun commentaire ne serait émis pour le moment.

Kenny Régis fait aussi valoir que le transfert du très sélect Club Adams aux Innus serait également bénéfique pour les pêcheurs non autochtones.

Notre objectif, c’est vraiment de faire bénéficier les gens de la place et non les Américains. Présentement, nous n’avons pas vraiment accès [à une section de la rivière Moisie détenue par le club Adams] mais les gens de Sept-Îles n’y ont pas non plus accès. Ils n’ont jamais vu le club Adams [les bâtiments sur cette section de la rivière]. On veut aussi leur offrir cet accès-là, soutient M. Régis.

Revendications territoriales

Cette demande de rencontre se fait sur fond de tension et de revendications territoriales alors qu’un membre de la communauté de Uashat mak Mani-utenam, Marcelin Vollant, a entrepris des travaux de construction sur un terrain appartenant au Club Adams, mais étant principalement utilisé par des membres de l’APRM pour mettre à l’eau leur embarcation.

Après avoir été interpellé par des policiers pour qu'il cesse son activité de déboisement sur un terrain privé, Marcelin Vollant a mis en place un barrage sur la route menant à la mise à l'eau et à des installations de l'APRM dans le secteur Winthrop-Campbell de la rivière Moisie. Une action qui vise à revendiquer son droit d'utiliser ce territoire occupé depuis longtemps par sa communauté.

Un véhicule est stationné devant un amas d'arbres qui obstrue le chemin de terre. Une pancarte en bois indique : «accès fermé, limite du club».

Le chemin menant vers le secteur Winthrop-Campbell de la rivière Moisie a été bloqué mercredi.

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

D’ailleurs M. Vollant a indiqué à Radio-Canada qu’il compte entreprendre des travaux encore plus importants avec d’autres familles de sa communauté dès l’automne prochain sur les terrains du Club Adams.

Des revendications de longue date

Les Innus de Uashat mak Mani-utenam revendiquent depuis plusieurs années l’obtention de plus de pouvoir dans la gestion de la rivière Moisie. En 2017, des membres de la communauté avaient notamment pêché le saumon dans les secteurs de la rivière appartenant aux pourvoiries pour revendiquer leurs droits sur ce territoire.

En 2018, le conseil de bande a fait l'acquisition de la pourvoirie Moisie Nipissis à la suite d’une entente avec le gouvernement du Québec au sujet de la gestion de la rivière.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !