•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rouyn-Noranda aura sa maison alternative

Une modélisation du foyer d'une future maisons des aînés.

Les plans pour les maisons des aînés et les maisons alternatives diffusées par le gouvernement du Québec.

Photo : ministère de la Santé et des Services sociaux

Après Val-d’Or, Rouyn-Noranda aura également sa maison alternative. Québec l’a confirmé vendredi matin par voie de communiqué.

Ce projet du gouvernement caquiste comprendra 48 places à la disposition d’adultes de moins de 65 ans avec des besoins spécifiques.

Les projets de maison alternative de Val-d’Or et de maison des aînés de Palmarolle avaient pu être annoncés plus tôt pour la simple et bonne raison que le gouvernement provincial devait faire l’acquisition d’un terrain pour le projet rouynorandien, ce qui a ralenti la tenue de l’annonce officielle.

On ose espérer que d’ici 2022, dans certains cas, les pelletées de terre auront été faites pour commencer la construction, sinon ça sera terminé. C’est notre objectif, soutient le ministre responsable de l’Abitibi-Témiscamingue, Pierre Dufour.

Incluant celles confirmées en Abitibi-Témiscamingue, Québec affirme vouloir construire 2600 nouvelles places en maison alternative ou en maison des aînés d’ici 2022.

Un milieu de vie favorisant les contacts humains

Selon le gouvernement, ce nouveau type d'hébergement rappellera davantage un domicile, tout en favorisant davantage les contacts humains.

Il va y avoir des espaces réservés pour des gens ayant des limitations cognitives ou fonctionnelles, souligne Pierre Dufour.

C’est un groupe de personnes qui était peut-être mal pris en compte dans l’offre de service qui existait présentement, alors c’est intéressant de voir qu’il y aura des alternatives qui seront mises en place dans les milieux de Val-d’Or et de Rouyn-Noranda, dont la bâtisse sera située près de la maison de soins palliatifs.

Pierre Dufour souligne également que ce sont les recommandations du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue qui ont déterminé l’emplacement des futures maisons alternatives et maisons des aînés qui verront le jour dans la région.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Politique provinciale