•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La police de Calgary s'associe à Bike Index

Deux vélos posés contre une voiture de police.

Un programme d'enregistrement semblable a contribué à réduire le nombre de vols de bicyclettes et aide les policiers à retrouver les propriétaires des vélos volés à Edmonton.

Photo : Radio-Canada / Fuat SEKER

Le service de police de Calgary s'associe à Bike Index, un registre de vélos en ligne qui pourrait aider à retrouver les propriétaires des vélos volés.

Le mois dernier, la police de Calgary a jeté les bases du début de la collaboration officielle en se rendant dans les ateliers de réparation de vélos et les détaillants de la ville pour commencer à enregistrer de nouveaux vélos. Un peu plus de 1400 ont pu être enregistrés grâce à cette opération, ce qui porte le nombre total de vélos enregistrés à 6400.

Le vol de vélos à Calgary a augmenté en 2015 et n'a pas diminué depuis. Environ 2900 vélos ont été déclarés volés entre 2015 et 2018 dans la ville. Des bicyclettes récupérées, environ 12 % reviennent à leur propriétaire.

Les vols de vélos à Calgary ont toujours été un problème, mais nous avons constaté une tendance croissante de ceux-ci et nous voulions voir ce que nous pouvions faire pour régler le problème, explique l’agent Brennan Vanderwater du service de police de Calgary.

Le nombre de vélos rendus à leurs propriétaires augmentera avec Bike Index, selon lui. Personnellement, j'aimerais le voir au moins doubler et atteindre 25 %, espère-t-il.

Brennan Vanderwater tient un autocollant de Bike Index.

L'agent de police Brennan Vanderwater souhaiterait dépasser les 20 000 utilisateurs inscrits pour Calgary.

Photo : Radio-Canada

Le président de Bike Calgary, Gary Millard, affirme que la nouvelle approche du Service de police de Calgary est un pas dans le bon sens, et aidera à diminuer l'attrait du colportage de vélos volés sur des sites d'occasion.

Pour que le programme fonctionne, explique-t-il, il faut que les citoyens, la police et la communauté des détaillants de vélos adhèrent.

Comment ça fonctionne

Avec Bike Index, l'inscription se fait gratuitement en ligne. Il faut créer et compléter son profil, qui requiert d’indiquer toutes les informations dont la police a besoin pour déterminer à qui appartient un vélo, comme le numéro de série. Les utilisateurs peuvent même télécharger des photos ainsi que des informations pour joindre le propriétaire.

50 000 autocollants uniques sont à la disposition de la population. Chaque autocollant possède un code QR qui renvoie directement à la page d'index des vélos.

L'autocollant Bike Index avec son code QR collé sur la tige de la scelle d'un vélo.

Il est conseillé de coller l'autocollant sur une partie visible du vélo.

Photo : Radio-Canada / Fuat SEKER

Les autocollants sont offerts dans les postes de police, dans les boutiques qui vendent des vélos neufs ou d’occasion, et même dans les boutiques de réparation. Certains agents distribuent également les petites vignettes autocollantes sur des pistes cyclables.

Projet pilote satisfaisant

Un projet pilote était en cours depuis 2019 pour voir si cela pourrait être utile aux agents qui s'occupent des vélos volés récupérés. L’objectif était alors d'augmenter le nombre de vélos qui pouvaient être remis à leur propriétaire légitime.

Le mois dernier, nous avons rendu environ 12 000 $ de vélos volés à leurs propriétaires avec l'aide de Bike Index, dit l’agent Brennan Vanderwater.

Il reçoit continuellement des courriels et des remerciements de personnes ayant utilisé Bike Index, ravies d'avoir récupéré leur vélo.  Parmi eux figurait l'un de nos agents victime d'une effraction à son domicile. Il a déjà récupéré son vélo, dit-il.

Succès à Edmonton

Selon Brennan Vanderwater, d'autres municipalités utilisent déjà le système. Tandis que Lethbridge vient également d'annoncer son partenariat avec Bike Index, Edmonton en est partenaire depuis déjà un an.

À Edmonton, on a rendu plus de 200 000 $ de vélos au cours de cette période, dit-il.

Edmonton se vantait d'avoir 20 000 utilisateurs inscrits au cours de la première année. J'adorerais que nous puissions dépasser ce nombre, ajoute Brennan Vanderwater.

Il est important de noter que le système Bike Index ne remplace pas la nécessité de déclarer des biens volés au service de police. Cela ne remplace pas les précautions classiques qu’il faut prendre pour éviter de se faire voler. Bike Index, c’est juste une méthode supplémentaire pour signaler et récupérer les vélos volés, rappelle-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !