•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le rapport sur le coût de la fluoration de l’eau de Calgary repoussé à décembre

Un verre est rempli avec l'eau du robinet.

Attendu pour le 30 juin, le rapport sur les coûts de la fluoration de l'eau sera finalement présenté en décembre 2020, selon la Ville de Calgary.

Photo : iStock

Alors que la Ville de Calgary devait rendre son rapport sur l'estimation des coûts de réintroduction du programme de fluoration de l'eau le 30 juin, celui-ci est finalement remis au 1er décembre 2020 à cause de la pandémie. Ce report est loin de plaire aux tenants de la fluoration.

L'éternel débat sur la fluoration de l'eau, arrêtée en 2011, refait surface à Calgary. Les personnes qui soutiennent son retour n’en démordent pas : le rapport sur les coûts doit être rendu public dans les plus brefs délais.

C'est un cas d'urgence, martèle Juliet Guichon, une professeure associée en droit et éthique à l’Université de Calgary et présidente de l’organisme Calgarians for Kids' Health.

Avec la pandémie, nous nous sommes rendu compte qu’il y a eu une augmentation du nombre d’urgences dentaires... alors que les gens ne pouvaient pas se rendre chez leur dentiste, affirme pour sa part Bruce Yaholnitsky, dentiste et président de l'Alberta Dental Association and College, qui calcule qu’il y a eu environ 12 semaines sans services dentaires réguliers.

Si tous les deux disent comprendre que la Ville a d'autres dossiers importants à traiter, ils estiment que la santé dentaire devrait en faire partie. C'est particulièrement vrai, selon Mme Guichon, parce que la pandémie a empiré les choses, notamment pour les enfants.

Normalement, l’organisme ALEX se rend dans les écoles avec son autobus et invite les enfants à ouvrir la bouche pour savoir s'ils ont des problèmes, explique-t-elle. Ce service a toutefois pris fin avec la fermeture des écoles, en mars dernier.

Les personnes âgées particulièrement touchées

Les enfants ne sont pas les seuls à pâtir de cette situation, selon Mme Guichon. Les personnes âgées ont une santé dentaire tout aussi vulnérable dont la détérioration a aussi été exacerbée avec la pandémie.

Nous n’avons pas affaire à l’un des dossiers brûlants que la Ville a dû gérer à court terme, mais je crois que c’est d’une importance capitale, car toute la population est concernée.

Bruce Yaholnitsky, dentiste et président de l'Alberta Dental Association and College

C'est également le point de vue de Bruce Yaholnitsky, selon qui les personnes âgées en résidences ou en centres de soins de longue durée sont les plus touchées.

Il estime que le personnel, affairé à limiter la propagation de la COVID-19, n'a pas toujours le temps de s'occuper des dents des résidents. Les résidents sont traités pour les urgences, mais ils ne reçoivent pas de traitement préventif, regrette-t-il.

Lui-même affirme avoir dû brosser les dents de son père, qui vit dans une résidence.

La santé avant les finances

Avec la remise du rapport cinq mois plus tard que prévu, Juliet Guichon et Bruce Yaholnitsky estiment que les choses risquent de s’aggraver. Et c'est sans compter que le spectre d’une deuxième vague de COVID-19 plane sur la province, ce qui risquerait encore de retarder le rapport.

Mme Guichon et M. Yaholnitsky espèrent aussi que la discussion sur les coûts du programme, qui s'enclenchera en décembre, n’éclipsera pas la santé à long terme de la population albertaine.

Le dentiste affirme que, si le programme a été arrêté en 2011, c’était parce que le coût était trop élevé. Ce qu’on veut, c’est faire en sorte que la Ville se concentre sur les bénéfices pour la population de Calgary, des bénéfices qui s’appliqueront à tous, précise-t-il.

La Ville avait affirmé que l'arrêt du programme lui avait permis d'économiser 750 000 $.

En attendant la possible réapparition du fluor dans l’eau de la ville, Bruce Yaholnitsky demande au public de faire attention à ses habitudes alimentaires, qui ont aussi des conséquences importantes sur la santé des dents.

Il faut réduire sa consommation de sucres et de glucides et, bien sûr, se laver les dents avec un dentifrice au fluor, affirme-t-il.

Juliet Guichon veut aussi rappeler les élus à l’ordre, en leur demandant d’être attentifs à la volonté citoyenne.

Je pense que les personnes qui sont élues doivent écouter les électeurs et le médecin de la santé publique. Ça n’était pas le cas en 2011, et c’est vraiment dommage, c’est les gens vulnérables qui ont souffert le plus, conclut-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Politique municipale