•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des étudiantes dénoncent le manque de cours sur la façon de coiffer les personnes noires

Une jeune femme noire est assise sur une chaise chez une coiffeuse et se regarde dans un miroir.

Le soin des cheveux des personnes noires est bien différent de celui des personnes blanches.

Photo : Radio-Canada / Marie-Laure Josselin

Radio-Canada

Dans une pétition, des étudiants stylistes dénoncent le manque de cours sur les soins et les méthodes pour coiffer les cheveux de personnes noires dans leur programme d’études.

Il n’y a pas un seul modèle avec des cheveux crépus parmi les personnes bénévoles pour se faire coiffer dans son programme, soutient Chloe Streit, qui est à l’origine de la pétition et étudiante en esthétique depuis deux ans.

C’est ridicule, dit-elle. Cela nous donne une mauvaise image et ne nous prépare pas à travailler sur différents types de cheveux.

En plus de la pétition qui circule en ligne, la jeune femme a envoyé une lettre au gouvernement provincial et à la Commission des écoles publiques de Calgary pour demander une réforme du programme actuel.

Chloe Streit et Tamia Okantey.

Chloe Streit, à gauche, et Tamia Okantey, à droite, veulent poursuivre une carrière en coiffure.

Photo : Chloe Streit, Tamia Okantey

L’initiative est aussi soutenue par des étudiants noirs comme Tamia Okantey, qui admet en connaître trop peu sur la façon de coiffer ses cheveux crépus malgré ses trois ans en de cours.

J’ai posé des questions sur le tressage, la coupe de cheveux, etc., mais rien ne s’est passé, raconte-t-elle. Même avec des cheveux bouclés et une famille qui a des cheveux bouclés, je n’y connais pas grand-chose. J’apprends toujours quels produits utiliser et quels produits ne pas utiliser.

Tamia Okantey croit que, s’il y avait plus de personnes de couleur utilisées comme modèles, elle se sentirait plus partie intégrante dans son programme.

J’adore mes cheveux. Mes cheveux sont beaux.

Tamia Okantey, étudiante en esthétique

De plus, cela serait un choix judicieux de changer le programme pour la future carrière des étudiants, estime-t-elle : Si on coiffe une personne de couleur et qu’elle nous aime, on aura une cliente fidèle. Elle viendra vers nous chaque fois, car ce n’est pas très fréquent pour elle de trouver quelqu’un qui connaît ses cheveux.

En septembre dernier, le ministère de l’Enseignement supérieur a déclaré que plusieurs changements avaient été introduits pour aider à inclure tous les types de personnes et leurs cheveux.

Le système d'enseignement pour adultes est une responsabilité partagée de l'Enseignement supérieur et de nos partenaires de l'industrie, et nous travaillons ensemble pour créer des occasions inclusives et reflétant la diversité des apprenants adultes de l'Alberta, indique un communiqué du ministère.

Tamia Okantey, elle, attend encore de voir des changements. Honnêtement, je n'ai rien remarqué. Elle espère que la pétition incitera le gouvernement à effectuer de réels changements.

Avec les informations de Tahirih Foroozan

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Minorités culturelles