•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Charlottetown conservera la statue controversée de John A. MacDonald

La statue de Sir John A. Macdonald a été recouverte de peinture rouge dans la nuit de jeudi à vendredi.

La statue de Sir John A. MacDonald a été recouverte de peinture rouge la semaine dernière.

Photo : Radio-Canada / Julien Lecacheur

Radio-Canada

La semaine dernière, le monument à la mémoire de l’ancien premier ministre canadien John A. Macdonald a été vandalisé au centre-ville de Charlottetown. Une semaine plus tard, le conseil municipal a décidé de conserver cette oeuvre d'art et de financer sa restauration.

Le conseil municipal a adopté la motion de manière unanime lors d'une réunion spéciale jeudi.

Laissez-le tel quel, a déclaré le maire de Charlottetown, Philip Brown.

Ce monument, érigé en mémoire de celui qui fût notamment le premier chef de gouvernement du Canada (de 1867 à 1873 puis de 1878 à 1891), a été aspergé de peinture rouge.

Ses détracteurs reprochent, entre autres, à Macdonald d’avoir volontairement affamé les Premières Nations des plaines de l’Ouest au 19e siècle pour les forcer à vivre sur des réserves afin de faciliter le passage du chemin de fer qui devait relier la Colombie-Britannique aux provinces de l’est.

Le maire de Charlottetown, Philip Brown, devant un immeuble brun.

Le maire de Charlottetown, Philip Brown.

Photo : Radio-Canada / Laura Meader

Le maire Brown dit vouloir prôner une approche centrée sur le dialogue et l’éducation.

On va faire plus de débats et de discussions dans les comités responsables pour les économiques, touristiques, les festivals et événements.

On va inviter les Autochtones, les professeurs d'histoire, des personnes qui ont beaucoup d'intérêt dans le sujet des arts publics, même les statues historiques. Je crois que le succès de l'éducation, c'est trouver les informations, discuter de ces informations. Il faut trouver un compromis, a-t-il ajouté.

Des réactions partagées

Cette décision du conseil municipal suscite toutefois des réactions partagées chez les citoyens.

Twilah Stone, une résidente de Charlottetown, se désole du vandalisme qu’a subi le monument et croit elle aussi en l’importance d’éduquer la population sur le sort des Autochtones.

Je ne pense pas que ce soit le moyen de résoudre ce problème. Je suis vraiment contente qu'ils aient décidé de poser des écriteaux supplémentaires pour que les gens sachent qui il était vraiment.

Cameron Cassidy, gérante, Jems Ladies Boutique, croit pour sa part que le vandalisme d’une statue qui représente un homme responsable de choses aussi atroces était inévitable.

Je suis tout à fait d'accord avec ce qui est arrivé à la statue. C'est ce qui doit arriver pour que les choses changent réellement.

Un mouvement international

Ce regain d’intérêt des mouvements antiracisme montréalais pour la statue de John A. Macdonald s’inscrit dans la foulée des manifestations et des revendications du mouvement Black Lives Matter qui se multiplient en Amérique du Nord et en Europe depuis la mort de George Floyd, à la fin mai, lors d’une arrestation policière musclée à Minneapolis, aux États-Unis.

Depuis, de nombreux monuments érigés à la mémoire de personnages historiques jugés a posteriori racistes ou colonialistes ont été endommagés, déboulonnés ou vandalisés en Europe et aux États-Unis, lors de manifestations contre le racisme et le profilage.

Avec les informations de Julien Lecacheur

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !