•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Edmonton veut moins de stationnements

De nombreuses voitures sont prises dans la circulation.

Edmonton veut faire un meilleur usage des stationnements déjà existants dans la ville.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Lamic

Radio-Canada

À partir du 2 juillet, la Ville d’Edmonton n’exigera plus l’aménagement d’un nombre minimal de places de stationnements pour la construction de projets résidentiels et commerciaux.

Grâce à la décision de conseil municipal, la capitale albertaine deviendra la première grande ville canadienne à abandonner cette exigence.

Nous prenons les devants en adoptant cette nouvelle politique qui aidera à modifier la façon dont notre ville va se développer de manière plus durable, a affirmé le maire d’Edmonton, Don Iveson, lors d’une conférence de presse mercredi.

Cela encouragera aussi l’utilisation de moyens de transport alternatifs, ce qui soutiendra la stratégie de la Ville en matière de changements climatiques, ajoute-t-il.

Auparavant, Edmonton exigeait des commerces et les promoteurs immobiliers qu’ils fournissent un nombre donné de places de stationnement en fonction de la taille et de la fonction de leur immeuble. À partir du mois de juillet, ils pourront eux-mêmes décider du nombre de places de stationnement qu’ils désirent offrir.

L’impact du stationnement sur la manière dont nos communautés sont développées est important, mais souvent caché. Cela influence la manière dont les gens vivent, se déplacent et travaillent, affirme Kim Petrin, la gestionnaire des Services à la collectivité de la Ville d’Edmonton, dans un communiqué de presse.

Elle ajoute que la suppression des exigences en matière de stationnement permettra à Edmonton d’être plus active et plus propice à la marche.

Trop de stationnements

L’urbaniste Ashley Salvador soutient elle aussi ces changements. Selon elle, les exigences en matière de stationnements ont créé un nombre excessif de stationnements à Edmonton. Selon les statistiques de la Ville, les stationnements ne sont utilisés qu’à 50 % de leur capacité durant les heures de pointe.

Ce changement va permettre d’adopter une approche basée sur le marché. En supprimant le règlement gouvernemental, nous permettons au marché de régler le problème de surabondance et de faire un meilleur usage des stationnements, a-t-elle expliqué à l’émission Edmonton AM, de CBC.

Dans un communiqué de presse, la Ville d’Edmonton affirme qu’un parc de stationnement peut coûter entre 7000 $ et 60 000 $ par emplacement et que la ville en possède trop.

La diminution du nombre d’espaces de stationnement, surtout quand on parle d’espaces de stationnement à ciel ouvert, c’est autant d’opportunités pour faire des projets immobiliers qui sont beaucoup plus intéressants, à la fois pour les finances municipales et pour l’environnement, affirme le professeur titulaire Gérard Beaudet, de la Faculté de l'aménagement de l'Université de Montréal.

La nouvelle réglementation permettra également aux commerces et aux propriétaires de maisons de partager leurs stationnements ou de les louer à d’autres propriétés, ce qui pourrait améliorer l’accès au stationnement dans la rue et dans les quartiers en réaménagement.

Le nombre maximal de places de stationnement au centre-ville reste limité. Une limite similaire sera également imposée aux quartiers où la Ville cherche à favoriser le transport en commun, tout comme sur les grandes artères.

La Ville affirme également que les exigences en matière de stationnements pour les vélos augmenteront et que le prix des stationnements demeurera semblable au prix actuel.

C’est une stratégie qui a donné des résultats intéressants (...) mais qui suppose qu’il y aura d’autres interventions en parallèle. Il faut s’assurer que, d’une part, on ne pénalise pas certaines activités (...) et que le transport collectif ou que les conditions environnementales qui favorisent le vélo ou la marche soient au rendez-vous, précise toutefois Gérard Beaudet.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !