•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Premières Nations moins touchées par la COVID-19 en Colombie-Britannique

La main d'une jeune personne sur la main d'une personne âgée appuyée sur une canne.

Bien que les données sur l'origine ethnique des personnes ayant contracté la COVID-19 ne soient pas colligées en Colombie-Britannique, celles des personnes qui se présentent comme Autochtones, le sont, comme c’est le cas pour toutes les autres maladies transmissibles.

Photo : Carmona Guerrero

Des données colligées par les autorités sanitaires de la Colombie-Britannique permettent de constater que les Premières Nations ont été en grande partie épargnées par la pandémie de la COVID-19, et ce, en raison de leur réponse rapide et efficace, annoncent les autorités sanitaires.

Grâce au leadership extraordinaire des dirigeants autochtones, les membres de ces communautés s'en sont mieux tirés que le reste de la population, a indiqué la médecin hygiéniste en chef par intérim de l'autorité sanitaire des Premières Nations, Shannon McDonald, lors d’un point de presse.

Leurs sacrifices, souvent difficiles et douloureux, ont valu le coup.

Shannon McDonald, médecin hygiéniste en chef de l'autorité sanitaire des Premières Nations

Au 14 juin, 87 des 2869 personnes touchées par la maladie dans la province sont membres des Premières Nations. De ce nombre, seulement 3 étaient toujours actifs, notent les autorités sanitaires.

Des 173 personnes mortes des suites de la COVID-19 dans la province, 4 sont des Autochtones.

Ce faible nombre est dû aux restrictions hâtives et strictes sur les déplacements et l’annulation ou le report de rassemblements qui sont, en temps normal, au coeur de leur mode de vie, affirme la Dre McDonald.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Inquiétudes face à la phase 3

Des chefs autochtones déplorent toutefois de ne pas avoir été consultés par le gouvernement provincial avant l'entrée en vigueur de la troisième phase de la relance économique.

La décision met la vie des Autochtones en danger, écrivent les chefs du gouvernement Tsilhqot'in, du conseil tribal Nuu-chah-nulth et de la Première Nation Heiltsuk dans une lettre conjointe adressée au premier ministre John Horgan.

La province a l'obligation de solliciter l'avis des Premières Nations en vertu de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, soutiennent-ils.

Des visiteurs naviguent en canoë dans l’archipel Haida Gwai, en Colombie-Britannique.

De nombreuses communautés autochtones ont demandé aux touristes de renoncer à voyager sur leur territoire pendant la pandémie.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Permettre les voyages non essentiels et encourager le tourisme met en péril les mesures prises par les communautés pour limiter la propagation de la maladie, ce qui aurait des effets dévastateurs compte tenu des ressources limitées, fait valoir la chef élue de la Première Nation Heiltsuk.

Nous n'avons pas de capacité dans nos hôpitaux, nous n'avons pas de lits, explique-t-elle.

C'est une gifle, lance pour sa part le chef Tsilhqot'in Joe Alphonse. C’est en temps de crise que les politiques sont vraiment testées et à mes yeux, elles obtiennent une note d'échec.

La Dre McDonald a d'ailleurs lancé une mise en garde contre un relâchement trop rapide des restrictions lors du point de presse vendredi. Si on baisse la garde trop vite, il pourrait y avoir une augmentation des cas, a-t-elle dit.

Discrimination dans le système de la santé

L'Association des centres de l'amitié et la Nation métisse de la Colombie-Britannique réclament que les travailleurs de la santé reçoivent des formations obligatoires sur les soins à prodiguer aux Premières Nations.

Des Autochtones ont récemment dénoncé des comportements discriminatoires de la part des travailleurs de la santé à leur égard. Par ailleurs, une enquête a été déclenchée à la suite d'allégations de comportements racistes aux urgences d'un hôpital de la province.

Le ministre de la Santé, Adrian Dix, a reconnu qu’il existe un problème de racisme dans le système de la santé lors d'un point de presse vendredi dernier.

Bilan de la COVID-19

Jeudi, la Colombie-Britannique a enregistré 20 nouveaux cas de la maladie, dont celui d'un enseignant d'une école publique de la région de la vallée du Fraser.

Dernier bilan dévoilé jeudi :

  • 2869 cas de COVID-19 dans la province depuis le début de la pandémie;
  • 2 morts, pour un total de 173 morts;
  • 15 personnes hospitalisées, dont 7 aux soins intensifs;
  • 2517 personnes considérées comme guéries.

Avec les informations d'Angela Sterritt

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Coronavirus