•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le PDG du Musée canadien pour les droits de la personne démissionne

M. Young répond aux questions d'un journaliste.

Le conseil d’administration du Musée canadien pour les droits de la personne annonce le départ immédiat de son PDG, John Young.

Photo : Radio-Canada / Gary Solilak

Dans la foulée d’allégation de racisme systémique, de discrimination et de harcèlement sexuel au Musée canadien pour les droits de la personne (MCDP), le conseil d’administration annonce le départ immédiat de son président-directeur général, John Young.

Ces allégations n'ont pas été transmises au conseil d'administration de manière appropriée, a déclaré la présidente du conseil, Pauline Rafferty, par voie de communiqué.

Selon le communiqué, le conseil d'administration et le président-directeur général du musée, John Young, ont convenu qu'il est dans l'intérêt du Musée qu'il quitte ses fonctions immédiatement.

Pauline Rafferty va diriger l'organisation à titre de PDG intérimaire jusqu'à ce qu'un nouveau PDG soit en place.

Nous agirons rapidement pour améliorer les processus et les politiques du Musée, et pour rétablir les relations et la confiance avec notre personnel et ceux que nous avons laissés tomber, en particulier les communautés noires et autochtones, les personnes de couleur et les communautés LGBTQ2+, dit Mme Rafferty.

Nous nous excusons sans réserve pour ce qui s'est passé et nous savons que la lutte contre le racisme systémique, l'homophobie, l'inégalité et toutes les formes d'intolérance doit être continue et prioritaire.

Pauline Rafferty, présidente du conseil d’administration du Musée canadien pour les droits de la personne

Allégations

Au début juin, d’anciens employés du MCDP ont pris la parole sur les réseaux sociaux pour dénoncer le racisme dont ils auraient été victimes lorsqu’ils travaillaient dans l’établissement fédéral.

Une semaine plus tard, des employés du musée ont affirmé que la direction leur a demandé, à la demande de certains visiteurs, de ne pas montrer des expositions relatives aux différents genres et orientations sexuelles. Les employés avancent que cette pratique a été commune pendant deux ans.

Jeudi matin, il a été dévoilé que cinq employées, anciennes et actuelles, du Musée canadien pour les droits de la personne allèguent qu'elles ont été harcelées sexuellement par le même collègue. Elles auraient signalé les agissements de ce collègue aux ressources humaines, qui auraient rejeté leurs plaintes.

Examen externe

Un examen externe et indépendant du Musée mené par l’avocate winnipégoise Laurelle Harris est déjà en cours. Il porte sur les politiques, les pratiques et la culture du lieu de travail afin de répondre notamment aux allégations d'oppression systémique.

L'examen initial doit porter sur les expériences de racisme systémique et d'autres formes de discrimination, ainsi que sur la censure du contenu LGBTQ2+ qu'ont décrit des membres du personnel actuels et anciens du MCDP jusqu'au 22 juin 2020, selon le communiqué.

Il sera suivi d'un examen complet, à l'échelle de l'institution, de toutes les politiques et pratiques du Musée et permettra au personnel actuel et ancien de partager des expériences supplémentaires. Les conclusions préliminaires du rapport de la tierce partie seront reçues d'ici le 31 juillet 2020.

Nouveau comité de la diversité

Le conseil d'administration a créé un nouveau comité de la diversité et de l'inclusion présidé par l'administratrice Julie Jai, qui est une ancienne membre du Tribunal des droits de la personne de l'Ontario.

Il est chargé de donner suite aux conclusions du rapport et à en faire connaître les résultats et les recommandations.

Dans l’immédiat, indique Pauline Rafferty dans le communiqué, le conseil d'administration rencontrera le personnel du Musée pour entendre leurs expériences et pour mieux comprendre leurs préoccupations. Nous allons également prendre contact avec nos partenaires et commanditaires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !