•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des étudiants de Poly aident des restaurateurs à se conformer aux règles sanitaires

Dans le décor bucolique d'un restaurant, M. Bélanger discute avec l'étudiante.

Dominique Therrien, de Polytechnique Montréal, discute avec le restaurateur Éric Bélanger.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des étudiants de Polytechnique Montréal offrent gratuitement des conseils techniques aux commerçants qui tentent de s’adapter aux nouvelles règles sanitaires post-déconfinement.

Il y a deux mois, quand Éric Bélanger, copropriétaire de quatre établissements, dont le Café Parvis, a discuté pour la première fois avec les étudiants, il confie qu’il ne savait même pas ce dont il avait besoin comme expertise, si ce n’est qu’il envisageait alors de rouvrir en formule « pour emporter ».

En tant que client zéro, M. Bélanger a permis aux étudiants de défricher le terrain et d'absorber la grande quantité de documents techniques à lire afin de satisfaire aux nouvelles règles sanitaires et légales.

Il y a beaucoup de la réglementation qui est vague, alors la ligne doit être définie par l’opérateur, explique l’entrepreneur, en donnant l’exemple des limites de vitesse où, dans les faits, personne n’est sanctionné à moins de 120 km/h.

Les restaurateurs ne sont pas beaucoup chapeautés, ils manquaient d’information et sont un peu inquiets par rapport à la situation. On s’est dit que ce serait pertinent d’aller les aider.

Dominique Therrien, étudiante en génie industriel à Polytechnique Montréal

Dominique Therrien fait partie d'un groupe d'étudiants qui ont décidé de passer de la théorie à la pratique en offrant gratuitement des services de consultation aux restaurateurs.

Des étudiants en ingénérie aident les restaurateurs

Des restaurateurs comme La Ly, propriétaire du Bibiko, dans le quartier Mile-End. Il y a énormément d’informations qui sont accessibles, c’est une question de pouvoir mieux les structurer puis les valider avec des ingénieurs qui ont l’habitude d’optimiser les processus, confie M. Ly.

Après deux rencontres, ils ont établi le plan d'action. En retirant quelques places dans la salle à manger, en apposant des autocollants à des points stratégiques pour les aires d’attente et en prévoyant la désinfection des zones de contact, le restaurateur a été capable d’établir un tracé optimal pour assurer la sécurité des clients, mais aussi celle des employés.

Même si ce n'est pas leur spécialité, les étudiants de Polytechnique l’ont aussi aidé à cheminer à travers les différents programmes de financement à sa disposition. C’est une aide solidaire qui joue un rôle d’importance pour un petit commerce comme nous, a-t-il confié à Radio-Canada.

Avec les informations de Gabrielle Proulx

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Restaurants