•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le fédéral aidera certains fonctionnaires à faire du télétravail de façon plus ergonomique

Photo d'une femme de dos, assise à un bureau, qui se touche le bas du dos.

Le syndicat espère que d’autres ministères fédéraux imiteront SPAC afin d’améliorer les conditions de télétravail des fonctionnaires (archives).

Photo : iStock

Radio-Canada

Après un peu plus de trois mois de télétravail et avec une situation qui tend à se généraliser dans le temps, certains employeurs ont décidé de fournir du matériel de bureau à leurs employés afin de rendre leur espace de travail à la maison plus confortable et sécuritaire.

C'est le cas de Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC). Dans un message publié le 23 juin à l’attention de ses employés, le ministère fédéral a annoncé leur fournir une aide pour mieux aménager leur espace de travail à la maison.

Les directions générales et les régions ont reçu la consigne de livrer votre fauteuil de bureau à votre domicile, ou bien de vous verser une somme pouvant aller jusqu’à 500 $ pour l’achat de matériel pour votre bureau à la maison, comme un fauteuil et un bureau, peut-on lire dans une note de SPAC.

Nous sommes heureux de voir que SPAC reconnaît l’importance pour les fonctionnaires de travailler de manière ergonomique, alors qu’ils desservent la population canadienne à partir de leur domicile pendant la pandémie, a déclaré le président de l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC), Chris Aylward.

Chris Aylward est assis dans son bureau.

Le président national de l'Alliance de la fonction publique du Canada, Chris Aylward (archives).

Photo : Radio-Canada / CBC

Le syndicat — qui compte près de 190 000 membres, dont 140 000 fonctionnaires fédéraux — espère que d’autres ministères imiteront SPAC, afin d’améliorer les conditions de travail des employés de l'État.

Nous avons exhorté le Conseil du Trésor à fournir du soutien ergonomique à tous ses employés, et nous nous attendons à ce que d’autres ministères emboîtent le pas.

Chris Aylward, président national de l'AFPC

Vraiment, c’est la solution pratique, rapide pour être certain qu’au minimum nos gens soient installés dans des fauteuils qui sont capables de répondre à plusieurs heures assis devant un écran, a affirmé la vice-présidente exécutive nationale de l’AFPC, Magali Picard.

Selon cette dernière, peu de membres de l’AFPC se sont plaints d’un manque d’organisation de leur espace de télétravail pour l'instant. Mais plusieurs ont dû, du jour au lendemain, adapter leur environnement familial et installer un poste de travail temporaire, et Mme Picard soutient qu’il serait impossible de travailler dans ces conditions à long terme.

Avant qu’il soit trop tard et qu’on perde des joueurs, il faut absolument que l’employeur leur donne les outils dont ils sont besoin.

Magalie Picard, vice-présidente exécutive nationale de l'AFPC

En ce qui concerne la possibilité de maintenir le télétravail de façon permanente, Mme Picard indique qu’une réflexion et une analyse s’imposent d’abord. Ce n’est pas vrai qu’on peut prendre des décisions définitives à la suite de quelques semaines en pleine pandémie, a-t-elle fait valoir.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

L’importance d’une bonne ergonomie

L’ergothérapeute et ergonome Isabelle Gagnon rappelle qu’avoir un espace de travail ergonomique à la maison est devenu dorénavant un incontournable, alors que le télétravail tend à s’étendre dans la durée. De plus, le temps d’écran a fortement augmenté pour les travailleurs à domicile, qui ont vu toutes leurs tâches se transposer devant l’ordinateur.

Les gens avaient des réunions, pouvaient parfois se lever, aller consulter des collègues. […] Toutes ces tâches connexes là sont éliminées, alors les gens se retrouvent à passer beaucoup de temps statiques à l’écran, a indiqué l’ergothérapeute.

Ainsi, quelqu’un qui passait peut-être 60 à 70 % de son temps à l’écran avait l’occasion de se lever plus souvent dans son milieu de travail. […] Ces gens-là maintenant sont près de 90 à 100 % du temps à l’écran, a souligné Mme Gagnon.

Un personnage dessiné, la tête fortement inclinée vers le bas, est assis devant un ordinateur portable sur une table.

Les télétravailleurs peuvent facilement développer des troubles musculaires et squelettiques.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Plamondon

L'ergothérapeute soutient qu’après un peu plus de trois mois de télétravail implanté en vitesse sans que les gens y soient préparés, de plus en plus de personnes souffrent de douleurs au dos.

Il y a des inconforts qui se sont installés après trois mois, parce que les gens ne bénéficient pas, notamment, d’une chaise réglable en hauteur, ce qui fait en sorte qu’ils vont travailler dans des postures contraignantes, a-t-elle illustré.

Mme Gagnon croit que le fait que des employeurs songent à fournir une chaise de bureau ergonomique est un élément positif pour la santé de leurs travailleurs.

Avec les informations de Mama Afou et de Laurie Trudel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Santé physique et mentale