•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : le Texas met les freins sur la réouverture de l'État

L'État fait face à une augmentation record de nouveaux cas

Greg Abbott replace son masque sur son visage.

Le gouverneur texan Greg Abbott n'entend pas fermer de nouveau les entreprises.

Photo : Associated Press / Ricardo B. Brazziell

Le gouverneur du Texas, Greg Abbott, a annoncé, jeudi de nouvelles mesures pour freiner et gérer la flambée épidémique dans son État, repoussant notamment les prochaines étapes de réouverture des commerces.

Le Texas avait été l'un des premiers États à relancer ses activités économiques après le confinement imposé à l'ensemble du pays. Une décision que reprochent d'ailleurs les démocrates au gouverneur républicain, dont l'État subit une recrudescence marquée de la COVID-19.

Pour chacun des deux derniers jours, le Texas a rapporté quelque 5500 nouveaux cas, un sommet depuis le début de la pandémie.

La dernière chose que nous voulons faire en tant qu'État est de faire marche arrière et de fermer des entreprises, du moins pour l'instant, a cependant averti dans un communiqué de presse le gouverneur Abbott, un républicain.

Les commerces qui avaient déjà rouvert le 1er mai dernier poursuivront donc leurs activités, les restaurants fonctionnant à 75 % de leur capacité et les bars à 50 %.

Cette pause temporaire aidera notre État à freiner la propagation, a assuré M. Abbott, alors que l'État est aux prises avec une hausse du nombre de cas comme du nombre d'hospitalisations.

Il a d'ailleurs annoncé un décret restreignant les chirurgies jugées facultatives dans quatre comtés – Dallas, Harris, Bexar et Travis – afin de réserver de l'espace dans les hôpitaux pour les victimes de la COVID-19.

Plus de 4300 Texans atteints du virus sont hospitalisés, soit plus du double du nombre enregistré au début du mois, d'après le New York Times.

Greg Abbott a en outre exhorté ses concitoyens à faire leur part [...] en se lavant les mains régulièrement, en portant un masque et en pratiquant la distanciation sociale.

Mardi, alors que l'État franchissait pour la première fois le cap des 5000 cas de COVID-19 en une seule journée, le gouverneur exhortait ses concitoyens à rester chez eux.

Le même jour, le directeur de l'Institut américain des maladies infectieuses, le Dr Anthony Fauci, s'est inquiété de la hausse « troublante » du nombre de cas de COVID-19 dans certains États, dont le Texas. Le mois dernier, l'épidémiologiste en chef de la Maison-Blanche avait mis en garde les États qui rouvraient leur économie sans répondre aux critères des autorités de santé publique.

Selon les chiffres officiels du département de la Santé du Texas, l'État a recensé un total de 135 921 cas et près de 2250 morts depuis le début de l'éclosion.

Le Texas figure parmi les 30 États où le nombre de cas est en hausse, d'après CNN.

Des élus républicains du Texas ont d'ailleurs appelé l'administration Trump à poursuivre le financement fédéral des centres de dépistage dans cet État. Celle-ci entend cesser d'ici la fin du mois son soutien à un total de 13 sites dans 5 États, dont 7 sont situés au Texas.

Dans une lettre conjointe, les sénateurs Ted Cruz et John Cornyn ont, selon CNN, demandé au secrétaire à la Santé, Alex Azar, de prolonger le programme, jugeant ces centres essentiels à la capacité de dépistage du Texas.

Quatre élus démocrates du Texas de la Chambre des représentants ont formulé la même demande.

La partie émergée de l'iceberg

Le directeur des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies des États-Unis, le Dr Robert Redfield a par ailleurs indiqué que les chiffres officiels ne reflétaient qu'une partie de la réalité, a rapporté CNN.

Se basant sur des tests de dépistage d'anticorps, il a estimé au cours d'une conférence de presse téléphonique qu'il y avait sans doute 10 fois plus de cas aux États-Unis que le bilan officiel.

Par ailleurs, il attribue entre autres l'augmentation du nombre de cas à l'échelle nationale à une hausse chez les populations les plus jeunes.

L'amélioration des capacités de dépistage fait évidemment partie de l'équation, mais le président Donald Trump en fait l'unique explication.

Le nombre de cas de Virus Chinois augmente en raison du FANTASTIQUE DÉPISTAGE, tandis que le nombre de décès (taux de mortalité), diminue considérablement, a-t-il de nouveau martelé sur Twitter jeudi.

Au cours d'une allocution prononcée à Lancaster, en Pennsylvanie, le candidat démocrate pressenti à la présidentielle, Joe Biden, l'a pour sa part accusé de mal gérer la crise.

Donald Trump est comme un enfant qui ne peut pas croire que cela lui est arrivé – tout son pleurnichage et son apitoiement sur lui-même. Eh bien, cette pandémie ne lui est pas arrivée à lui. Elle nous est arrivée à nous tous. Et son travail n'est pas de s'en plaindre, son travail est d'agir, de diriger, a-t-il lancé.

La situation particulièrement préoccupante dans le sud du pays

Alors que les États initialement les plus durement touchés par la COVID-19 – New York, Washington, New Jersey par exemple – voient le nombre de cas diminuer de façon significative, la résurgence de la pandémie se concentre principalement dans le sud des États-Unis.

Selon des données combinées du Washington Post et du New York Times, l'Alabama, le Missouri, le Nevada, le Texas, la Floride, l'Oklahoma, la Californie et la Caroline du Sud ont à leur tour atteint un sommet du nombre de cas plus tôt cette semaine.

Malgré une hausse quasi croissante du nombre de cas depuis le début du mois en Floride, le gouverneur Ron DeSantis n'a pour sa part donné aucun signe de vouloir resserrer les restrictions, qui sont parmi les plus modestes du pays.

L'élu républicain a cependant invité les Floridiens à éviter les foules et les contacts étroits avec d'autres personnes.

Il avait été montré du doigt pour avoir résisté longtemps à imposer un confinement et pour avoir gardé les plages ouvertes au printemps, au moment où certains de ses homologues ordonnaient à leurs citoyens de rester chez eux.

Les images de jeunes faisant la fête sur des plages bondées de Miami avaient choqué.

La Californie, qui a pourtant les restrictions les plus sévères du pays, est elle aussi dans la tourmente. L'État a recensé un nombre record de près de 7150 cas mardi. Le gouverneur démocrate Gavin Newsom a expliqué la situation notamment par la hausse du nombre de cas chez les plus jeunes, une analyse en phase avec celle des CDC.

Au cours de son témoignage devant un comité de la Chambre des représentants, mardi, le Dr Anthony a estimé que les deux prochaines semaines seraient cruciales dans la capacité du pays à faire face à la recrudescence du nombre de cas observé entre autres dans les États du Sud.

Mercredi, les États-Unis ont enregistré leur plus grand nombre de cas connus en une journée depuis le début de la pandémie : 36 880 nouveaux cas, plus de deux mois après le précédent record.

Avec près de 2,5 millions de cas officiellement déclarés et près de 125 000 morts recensés, le pays est de loin, en termes absolus, le plus touché par la pandémie.

Avec les informations de New York Times, et CNN

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé publique

International